Navigation – Plan du site
Dossier

La destruction des loups au XIXe siècle. La technique, l’État et les milieux naturels en France

The Mass Hunting of Wolves in the Nineteenth Century. Technique, the State and the Natural Environment in France
Die Ausrottung der Wölfe im 19. Jahrhundert. Das Vorgehen, der Staat und die natürlichen Lebensräume in Frankreich
Éric Fabre
p. 81-94

Résumés

Alors qu’un nouveau discours sur la protection de la nature et des animaux apparaît au XIXe siècle, c’est aussi le temps où, après une lutte pluriséculaire, les populations de loups sont massivement détruites en France. Cette disparition est due à la permanence des moyens de la destruction et à l’accroissement de leur efficacité, mais aussi aux profonds changements des milieux de vie de ces loups. Le maximum démographique rural des environs du milieu du XIXe siècle, préparé par un siècle de croissance, voit des campagnes largement déboisées et des hommes occupant tout l’espace. Le pont génétique qu’assuraient les loups du Midi de la France entre les populations italiennes et ibériques est rompu, isolant ces populations péninsulaires. Par la suite, la déprise rurale autorise la reconstruction de masses forestières qui, progressivement, accueillent des populations de grands ongulés, ce qui permet, avec quelques décennies de délai, le retour contemporain des loups sur le territoire national.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Fusils, fosses et poison : les armes de destruction
Entre archaïsme et modernité
Battues et primes : l’efficacité des armes administratives
La « bureaucratie des prédateurs »
Centralisme français et efficacité de la lutte
Retour de la forêt, disparition du loup après 1850 ?

Aperçu du début du texte

Dans le temps même où se développe la protection des animaux en France, dont la loi Grammont est un symbole fort, et que l’on commence à vouloir protéger la nature, la lutte contre les animaux nuisibles s’amplifie et la destruction des populations de loups se parachève. L’animal est prédateur et s’attaque aux troupeaux, ce qui conduit les pouvoirs publics à promouvoir sa destruction, partout et toujours. Chasse et louveterie – institution dédiée à la destruction des loups et autres bêtes nuisibles – apparaissent donc au premier plan de la lutte contre les loups. Certainement parce que le droit en est profondément remanié après la Révolution, une vision institutionnelle de la chasse est privilégiée par l’historiographie au détriment de considérations très concrètes sur la pratique elle-même, et donc de ses résultats en termes de destruction d’animaux. De la même façon, le renouvellement dans la continuité de la louveterie au début du XIXe siècle, et la destruction des derniers loups ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Fabre, « La destruction des loups au XIXe siècle. La technique, l’État et les milieux naturels en France », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 81-94.

Référence électronique

Éric Fabre, « La destruction des loups au XIXe siècle. La technique, l’État et les milieux naturels en France », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/5188 ; DOI : 10.4000/rh19.5188

Haut de page

Auteur

Éric Fabre

Éric Fabre est maître de conférences en biologie-écologie, HDR en histoire moderne et contemporaine, Aix-Marseille Université, site de Dignes-les-Bains.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page