Navigation – Plan du site
Dossier

Réinventer l’harmonie politique de tous les êtres vivants : un projet révolutionnaire et zootechnique (1792-1820)

Re-inventing the Political Harmony of All Living Beings: A Revolutionary and Zoo-technical Project, 1792-1820
Die politische Harmonie aller Lebewesen neuerfinden. Ein revolutionäres Projekt aus dem Bereich der Tierzucht, 1792-1820
Malik Mellah et Pierre Serna
p. 31-46

Résumés

Cet article se propose d’étudier comment dans la co-évolution incessante des sociétés humaine et animale, la période qui va des années 1780 aux années 1820 fut porteuse d’une autre proposition zootechnique que celle qui s’énonce dans un second XIXe siècle. Autour des écrits de Jean-Baptiste Salaville, nous reviendrons d’abord sur l’existence d’une pensée républicaine du rapport à l’animal qui ne serait le produit ni d’une volonté conservatrice, ni d’un simple réagencement des réflexions laïques ou religieuses sur la violence faite aux animaux. Il sera ensuite question d’une relecture de programmes et de réalisations, autour des animaux domestiques et des ménageries, qui ont en commun une volonté de ré-enchanter le monde et de républicaniser les rapports de l’homme au monde naturel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une pensée républicaine de l’animal
Le concours de l’Institut en 1802 ou comment éradiquer la barbarie à visage humain
La ménagerie républicaine, un spectacle citoyen
Une économie politique républicaine
L’économie rurale et les bergers
De l’art d’exploiter « républicainement » les animaux
Le moment idéologique prolonge et actualise la zootechnie républicaine
Une pensée qui se retourne contre elle-même

Aperçu du début du texte

S’appuyant notamment sur les travaux de Keith Thomas, Jocelyne Porcher relève l’apparition à partir de la fin du XVIIIe siècle d’un conflit majeur entre les représentations des animaux et le rapport concret à la nature : « l’exploitation des animaux, conçue en tant que système est corollaire du développement d’une sensibilité nouvelle à l’égard des bêtes », écrit-elle. Cette opposition culminerait dans les formulations contemporaines de la zootechnie, conçue comme science de l’exploitation des machines animales, et de la cause animale défendue lors de la fondation de la Société protectrice des animaux en 1845, puis du vote de la loi Grammont en 1850. Le bien-être humain serait construit aux dépens de celui des bêtes, non sans regret et dépit des âmes les plus généreuses. L’entrée dans l’âge industriel aurait à ce point modifié les relations entre les hommes et les animaux que la constitution de l’Homme s’appuierait alors davantage sur la destitution – physique et morale – de l’anima...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malik Mellah et Pierre Serna, « Réinventer l’harmonie politique de tous les êtres vivants : un projet révolutionnaire et zootechnique (1792-1820) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 31-46.

Référence électronique

Malik Mellah et Pierre Serna, « Réinventer l’harmonie politique de tous les êtres vivants : un projet révolutionnaire et zootechnique (1792-1820) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/5181 ; DOI : 10.4000/rh19.5181

Haut de page

Auteurs

Malik Mellah

Malik Mellah est doctorant en histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Pierre Serna

Pierre Serna est professeur d’histoire de la Révolution française à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page