Navigation – Plan du site
Dossier

Déposer un brevet sans déposer les armes ? Exilés et inventeurs français durant le Second Empire

How to Register a Patent without Laying down the Weapons ? French Exiles and Inventors during the Second Empire
Wie meldet man ein Patent an, ohne Verwendung von Waffengewalt? Französische Exilierte und Erfinder in der Zeit des Second Empire
Sylvie Aprile
p. 79-96

Résumés

L’histoire sociale de l’exil a été largement défrichée depuis quelques décennies mettant au jour à la fois les circulations, les réseaux, les pratiques militantes et les activités socio-professionnelles des proscrits européens. Loin d’une histoire de l’échec ou du succès, des récits de vainqueurs ou de vaincus, cette contribution entend montrer l’interaction entre exil et innovation à partir de l’examen croisé de dépôts de brevets, de mémoires de la proscription et sources judiciaires. Ces brevets ne sont pas une nouveauté dans le monde des ouvriers et artisans qualifiés mais la mobilité contrainte entraîne à la fois la nécessité de protéger et développer une activité déjà reconnue ou de se saisir d’un nouveau domaine. L’analyse des dépôts disséminés dans plusieurs pays permet tout à la fois d’enrichir une étude des « inventions et de leur mise en pratique » et des réseaux politiques clandestins qui n’ont pas renoncé à l’action violente.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Survivre est un métier
Une communauté inventive  ?
Une communauté explosive  : les réseaux du fulminate de mercure

Aperçu du début du texte

En 1855, la reproduction en cire grandeur nature du proscrit français Emmanuel Barthélemy rejoint, dans la Galerie des Horreurs du musée de Madame Tussaud, les assassins célèbres qui ont seuls le droit d’y être exposés. Oublié aujourd’hui, cet exilé est certainement celui qui a le plus troublé ses contemporains et engendré le plus de controverses dans les premières années du Second Empire. Proche de l’Allemand August Willich et d’Auguste Blanqui, il est resté célèbre dans les milieux de l’exil londonien pour le duel qui l’a opposé en 1852 à un autre proscrit, Cournet, puis pour le meurtre d’un industriel anglais et d’un policeman en 1854, double assassinat qui lui vaut d’être condamné à la pendaison et exécuté. «  Âme d’élite  » pour certains, «  bête fauve  » pour d’autres, Barthélemy est aussi un ouvrier devenu un inventeur durant sa vie d’exilé. Ce fils de cordonnier du Loiret, qui a appris la mécanique au bagne de Brest où il a été condamné en 1839, est selon les dires de ses co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Aprile, « Déposer un brevet sans déposer les armes ? Exilés et inventeurs français durant le Second Empire », Revue d'histoire du XIXe siècle, 53 | 2016, 79-96.

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Déposer un brevet sans déposer les armes ? Exilés et inventeurs français durant le Second Empire », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rh19.revues.org/5097 ; DOI : 10.4000/rh19.5097

Haut de page

Auteur

Sylvie Aprile

Sylvie Aprile est professeure à l’Université de Lille et chercheuse à l’IRHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page