Navigation – Plan du site
Lectures

Nick PELLING, Anglo‑Irish Relations, 1798‑1922, Questions and Analysis in History, Londres/New York, Routledge, 2003, 129 p. ISBN : 0 415 24039 5. 6,99 livres sterling.

Laurent Colantonio

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 18 février 2006.

1Dans cet ouvrage paru en 2003, Nick Pelling propose une mise au point synthétique — destinée à un public étudiant — sur les relations anglo‑irlandaises au XIXe siècle. Le plan retenu est sans surprise. L’auteur a choisi un découpage chronologique qui rend compte, en six chapitres, des grandes scansions de cette histoire tumultueuse, entre la rébellion manquée de Wolfe Tone en 1798 et la guerre civile qui secoua l’État Libre d’Irlande en 1922‑1923.

2Pour Nick Pelling, « ce qui rend cette histoire si difficile à écrire, c’est que trop d’historiens [en Irlande comme en Grande‑Bretagne] s’en sont servis pour perpétuer un conflit qu’il avaient pour tâche d’expliquer » (p. 1). L’un des points forts de ce manuel réside justement dans le souci de confronter les points de vue et les interprétations, d’aborder sans détour les débats historiographiques brûlants, tels ceux sur la nature de la domination britannique, la diversité du nationalisme irlandais, l’unionisme protestant ou encore la contribution des historiens « révisionnistes » (sans rapport avec le négationnisme) au cours du dernier demi‑siècle. Sur ce point précis, au fil des chapitres, Nick Pelling propose des analyses convaincantes, où il met en perspective les avancées, et moins souvent les limites, de ce courant historique qui entend, au nom de la rigueur de l’analyse, revisiter certains mythes tenaces de l’histoire « nationaliste ».

3L’ouvrage se distingue aussi par l’originalité de la structure interne des chapitres. Pour chacun d’eux, dans un souci de clarté d’exposition, l’auteur isole trois moments. Il présente d’abord un récit factuel (background narrative) à la fois dense, succin et maîtrisé, au cours duquel sont évoqués les grandes ruptures, les événements majeurs et les hommes clés de la séquence chronologique retenue. En écho avec la problématique générale du chapitre, Nick Pelling approfondit ensuite, en quelques pages, deux thèmes particuliers. Dans le chapitre intitulé « La Grande Famine et son héritage, 1845‑1870 », il choisit par exemple de revenir sur la controverse historiographique autour de la gestion de la catastrophe par le gouvernement britannique (pp. 44‑48). Enfin, Nick Pelling met à la disposition du lecteur une sélection de cinq à six documents écrits, extraits de réflexions d’historiens ou de textes originaux (discours, lettres, Mémoires...). Ces documents, accompagnés d’une série de trois ou quatre questions destinées à en faciliter le commentaire, sont réunis autour d’un thème précis, tel l’« Easter Rising » de 1916 (pp. 110‑112).

4On peut arguer que certains « morceaux choisis » sont trop brefs et que les questions posées ne sont pas toujours bien reliées aux textes (p. 86). Toutefois, Anglo-Irish Relations demeure un outil de travail et de réflexion efficace, dont le format séduisant a finalement peu d’équivalent dans l’édition en France. Le livre offre, en seulement 130 pages, un récit factuel solide, des interprétations argumentées, un panorama historiographique informé, une sélection de « sources » questionnées, un index et une bibliographie synthétique, sur un sujet à la fois classique et complexe de l’histoire des îles Britanniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Colantonio, « Nick PELLING, Anglo‑Irish Relations, 1798‑1922, Questions and Analysis in History, Londres/New York, Routledge, 2003, 129 p. ISBN : 0 415 24039 5. 6,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 31 | 2005, mis en ligne le 18 février 2006, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/987

Haut de page

Auteur

Laurent Colantonio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page