Navigation – Plan du site

Exilés et voyageurs en Hongrie

Claude Schkolnyk

Résumés

À travers les itinéraires de la famille Guerrier-Tynaire et du publiciste Louis-Auguste, Claude Schkolnyk trace le portrait d'une communauté peu connue, celle des communards qui vécurent l'exil en Hongrie. Ces hommes et ces femmes ont déjà connu la répression impériale qui les a conduit en détention et déjà à l'exil, exil plus proche en Angleterre, Suisse et Belgique. Avec la Commune et la rencontre de militants internationaux comme le hongrois Léo Franckel, la proscription les conduit plus loin. L'accueil qui leur est fait peut surprendre par son enthousiasme. Mais ils apparaissent moins ici comme des " porteurs de drapeau rouge " que comme des représentants du berceau de la démocratie et comme d'ardents défenseurs de l'émancipation des femmes. La famille Gérando-Teleki apparaît comme un maillon toujours essentiel des réseaux d'échanges entre Français et Hongrois. La génération suivante garde de cette aventure familiale le gôut de l'aventure et des voyages.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Exil, Voyage, Hongrie
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Schkolnyk, « Exilés et voyageurs en Hongrie », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 11 | 1995, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/82 ; DOI : 10.4000/rh19.82

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page