Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Marc Guislin (éd.), Un ministre artésien dans la crise du seize mai : la correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve d’Ascq, C.R.H.E.N. Université de Lille 3, 2002, 300 p.

Nathalie Bayon
p. 374-376

Texte intégral

1La crise du seize mai est un épisode paroxystique et bien connu de la difficile installation de la République en France. Toutefois, l’édition de la correspondance échangée par le ministre des Travaux publics Auguste Paris – dans le gouvernement Broglie-Fourtou (17 mai-23 novembre 1877) – avec sa femme, Lucie, sans apporter un éclairage nouveau, donne à voir des éléments permettant de saisir le comportement, les agissements, les préoc­cupations mais aussi les questionnements d’un homme certes investi depuis de longues années en politique, mais qui occupe à cette date critique sa fonction de ministre, motivé par un très haut sens du devoir bien plus que par volonté ou ambition.

2Lorsqu’il est désigné à cette charge, cet ancien avocat, leader de l’orléanisme catholique à déjà à son actif un parcours politique très dense. Ancien représentant du gouvernement de la Défense nationale et sénateur du Pas de Calais, sa présence dans l’équipe ministérielle témoigne de la volonté de Mac-Mahon et de Broglie de ne pas rompre avec le centre gauche. Certes le portefeuille qui lui échoit n’est pas parmi les plus stratégiques ni les plus exposés, néanmoins ce qui en plus de ses positions politiques a guidé le choix de Broglie, ce sont ses capacités de débatteur, sa réactivité et sa verve dont il a souvent fait preuve par le passé.

3Aussitôt installé, le nouveau ministre va comme à son habitude rédiger une lettre quotidienne à l’intention de sa femme demeurée en province. Cette quotidienneté offre ainsi au lecteur une vision échappant à la fois à la reconstruction et aux défections des souvenirs souvent en œuvre dans les textes rédigés a posteriori.

4Par le biais de cette correspondance on peut aisément suivre le travail du ministre d’une part et celui du gouvernement d’autre part mais aussi et surtout ses avis sur la gestion politique de la crise par cette équipe ministérielle, ses interprétations des actes mais aussi des enjeux qui leur sont liés, ainsi que ses craintes et ses doutes.

5On découvre à la fois le personnage public, le ministre actif qui, en dépit de la situation précaire du gouvernement, s’investit dans sa fonction, prend des décisions de chantiers, effectue des déplacements, etc., l’homme politique inquiet de la situation qui oscille entre espérance et désillusion et le personnage privé, l’homme aux préoccupations bourgeoises, le mari aimant et attentionné envers sa famille.

6Si, du point de vue de la crise elle-même et de la gestion qui en est faite, l’édition de ces lettres est intéressante car elle apporte un élément supplémentaire d’analyse, c’est cependant l’éclairage social de cette corres­pondance qui nous paraît le plus significatif. En effet, nous découvrons sous cet angle, le père de famille, le notable local, mais aussi tout un aspect des relations bourgeoises entre mari et femme, même si le courrier de madame Paris ne connaît pas la régularité de celle de son époux.

7Cet échange permet de mesurer le degré d’engagement de madame Paris dans le combat politique que mène son époux, même si dans toutes ses missives une très large part est accordée au récit de la vie quotidienne, aux enfants et aux membres proches de la famille. Mais en dehors de cet aspect, à maintes reprises elle n’hésite pas à donner son avis sur les actions du ministère ou même à revendiquer un avis différent de celui de son mari, ce qui provoque entre les deux correspondants un réel débat politique. Mais le principal sujet des lettres de Lucie Paris réside dans les multiples demandes d’intervention du ministre en faveur de ses connaissances au sens étendu du terme. Elle le sollicite pour faire évoluer des carrières comme pour en faire débuter. Durant tout son ministère, Auguste Paris fait en sorte de répondre favorablement aux requêtes de sa femme, comme en témoigne entre autres la lettre du 20 août. De ce fait le ministre étend au niveau régional la surface sociale de sa famille.

8Lorsque le gouvernement est acculé à la démission, pour le ministre des Travaux publics, c’est un soulagement, en dépit de son inquiétude. En effet, très vite Auguste Paris perçoit les handicaps de cette équipe gouver­nementale aux objectifs politiques peu clairs, aux dispositions souvent divergentes et qui recourt avec trop de fréquence à l’improvisation. Toutefois ce sentiment de soulagement doit être nuancé car Paris prend alors conscience que sa présence dans ce ministère d’Ordre moral marque pour un temps sinon définitivement son éloignement des portefeuilles ministériels, choses difficiles à admettre pour cet homme dont la correspondance révèle les ambitions personnelles autant que le goût réel de la politique active.

9L’édition de cette correspondance éclaire donc à la fois des aspects politiques et sociaux de cet épisode charnière, les chercheurs en feront bon usage.    

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bayon, « Jean-Marc Guislin (éd.), Un ministre artésien dans la crise du seize mai : la correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve d’Ascq, C.R.H.E.N. Université de Lille 3, 2002, 300 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 26/27 | 2003, 374-376.

Référence électronique

Nathalie Bayon, « Jean-Marc Guislin (éd.), Un ministre artésien dans la crise du seize mai : la correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve d’Ascq, C.R.H.E.N. Université de Lille 3, 2002, 300 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 26/27 | 2003, mis en ligne le 23 juin 2005, consulté le 18 août 2017. URL : http://rh19.revues.org/761

Haut de page

Auteur

Nathalie Bayon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page