Navigation – Plan du site
Lectures

Charles Fourier, Du libre arbitre, suivi de « Charles Fourier et l’utopie » par Franck Malécot, Bordeaux, Paris, Barcelone, Éditions des Saints Calus, édition établie par Pascal Fiévé, 2003, 142 p.

Nicole Edelman
p. 219

Texte intégral

1Cette belle réédition Du libre arbitre inaugure la Bibliotheca Fritillaria, collection des éditions des Saints Calus qui, nous informe l’éditeur, proposera un certain nombre de textes de Fourier et de « fouriéristes », accompagnés d’essais originaux. Du libre arbitre avait déjà été publié en 1841 (Œuvres complètes de Charles Fourier, tome 2) et en 1967 (Théorie de l’Unité universelle, tome 1 aux éditions Anthropos). Cette troisième édition signale au lecteur les libertés éventuelles prises par les premiers éditeurs fouriéristes par rapport au manuscrit (qui avaient ajouté au texte de Fourier une ponctuation dont elle était absente), les éditions Anthropos ayant repris cette première version.

2Dans Du libre arbitre, Fourier propose une critique précise et ordonnée du libre arbitre, à la fois dans sa conception philosophique et théologique classique et dans la pratique de l’état civilisé. Il y expose en contre point ce que serait la pleine liberté en Harmonie : « la composée positive » qui seule « développe les deux éléments attraction et raison en sens positif, ou concert de toutes deux pour la distribution et le raffinement des plaisirs » (p. 90). Tandis qu’au contraire, raison et passion s’excluent en civilisation.

3Le texte de Fourier (107 p.) est suivi d’un court essai de Franck Malécot intitulé « Charles Fourier et l’utopie ». S’il conserve le terme d’utopie dans son titre, Franck Malécot le vide (bien-sûr) de son sens classique (avec un détour soutenu par Gilles Deleuze). Il insiste sur cet « Ecart Absolu, geste instaurateur de (la) pensée » de Fourier, « mouvement de sortie : hors des idéologies, hors des localisations, bien délimitées que constituent le progrès, la famille, la nation, etc, et qui sont les cibles récurrentes de sa pensée critique ». Il rappelle l’importance du mouvement, des agencements, des processus, des rapports passionnels dans la libération des tensions, conditions du bonheur. Il souligne que, bien loin du Progrès de la civilisation, Fourier s’intéresse moins à l’avenir qu’aux devenirs de l’homme et aux potentialités dont il est porteur. Franck Malécot montre aussi combien « l’association fouriérienne n’est pas celle des "moi-sujet" produits comme entités fixes, mais celle des différences passionnelles ». (p. 119) Il ouvre ainsi la question du sujet chez Fourier et d’autres questions encore car la lecture de Fourier que Franck Malécot nous propose est à la fois séduisante et problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Charles Fourier, Du libre arbitre, suivi de « Charles Fourier et l’utopie » par Franck Malécot, Bordeaux, Paris, Barcelone, Éditions des Saints Calus, édition établie par Pascal Fiévé, 2003, 142 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 28 | 2004, 219.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Charles Fourier, Du libre arbitre, suivi de « Charles Fourier et l’utopie » par Franck Malécot, Bordeaux, Paris, Barcelone, Éditions des Saints Calus, édition établie par Pascal Fiévé, 2003, 142 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 28 | 2004, mis en ligne le 21 juin 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/650

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page