Navigation – Plan du site
Lectures

Danielle Chadych et Dominique Leborgne, Atlas de Paris. Évolution de Paris, Paris, Éditions Parigramme, 1999, 200 p. Alain Clément et Gilles Thomas [dir.], Atlas du Paris souterrain. La doublure de la Ville lumière, Paris, Éditions Parigramme, 2001, 200 p. Pierre Pinon, Atlas du Paris haussmannien. La ville en héritage du Second Empire à nos jours, Paris, Éditions Parigramme, 2002, 212 p.

Isabelle Backouche
p. 187-188

Texte intégral

1Les trois atlas que proposent les éditions Parigramme forment un ensemble original pour aborder l’histoire de Paris. Soulignons tout d’abord la qualité des trois livres : format beau-livre, riches illustrations accompagnées de légendes informatives, mise en page dynamique et claire, cartographie variée et lisible, index, bibliographie. Selon trois perspectives différentes — le paysage, le sous-sol, le moment haussmannien — ces atlas s’inscrivent dans un parti pris éditorial commun qui fonde un véritable ensemble sur la capitale. Chaque livre est structuré sous forme de doubles pages thématiques ou chronologiques qui autorisent une lecture fragmentaire tout en formant un ensemble cohérent. De ce point de vue, ils sont complémentaires.

2Le volume sur le paysage s’organise chronologiquement, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Chaque époque est traitée en mettant en relief ses apports majeurs ou ses relectures, du paysage parisien. Celui-ci est abordé sous tous les angles qui mettent en valeur l’évolution de la ville : fortifications et enceintes, monuments, places publiques, quartiers et faubourgs, la Seine, équipements (hôpitaux, théâtres, cimetières, couvents, canaux), habitat et logement. Les transformations de la forme urbaine sont associées aux acteurs qui en sont à l’origine (pouvoir politique, acteurs économiques, ingénieurs et architectes) illustrant la complexité des mutations parisiennes. L’atlas combine également des approches à des échelles différentes, notamment grâce à son appareil de cartes, qui sont précieuses pour comprendre les dynamiques qui affectent l’espace parisien.

3Le volume sur le Paris souterrain adopte cette même diversité d’approches. Il met en valeur la diversité des paysages souterrains et celle des usages du sous-sol parisien (carrières, catacombes, cryptes, défense, égouts, alimentation en eau, réseaux ferroviaires). Il adopte plus franchement le parti-pris d’une histoire des techniques qui, à chaque époque, ont contribué à la mise en valeur du sous-sol parisien. Il souligne surtout les richesses insoupçonnées, iconographiques ou monumentales, du tréfonds parisien et la mémoire dont il est porteur.

4Enfin, le volume sur le Paris Haussmannien s’attache à mettre en scène l’aventure urbaine du Préfet de Napoléon III, et propose de suivre dans ses méandres la « transformation de Paris » qui s’est opérée alors. Combinant tous les aspects (modes de financement, système des concessions, prescriptions architecturales, monuments, végétalisation de la ville, mise en place des réseaux techniques), le livre parvient à dépeindre ce moment parisien dans toute sa complexité. Il ne néglige pas de restituer toutes les tentatives antérieures au Second Empire pour améliorer la vie de la capitale, mettant en valeur la vision de plus en plus négative que les contemporains ont de leur ville et les problèmes qu’ils tentent de résoudre (« déplacement de la population », urbanisation de la périphérie). Et il offre également des « gros plans » sur certaines opérations, permettant de saisir plus concrètement la remise en cause radicale du Paris ancien. Il restitue enfin le processus de construction de la ville selon deux angles majeurs, et trop souvent délaissés. C’est tout d’abord l’intérêt d’analyser dans le détail les règlements, études, plans parcellaires, expropriations, projets, autant de documents parfois ingrats, mais qui permettent de clarifier la transformation de la ville en tenant compte des outils intellectuels et juridiques mobilisés et de la diversité des acteurs. C’est le second point : Pierre Pinon confirme que l’urbanisme parisien d’alors est bien le résultat d’un travail collectif qui associe notables, édiles, ministres et techniciens. De ce point de vue, il souligne que pour la première fois s’impose à Paris une entreprise publique et administrative, amorçant un mouvement qui fera de l’État l’acteur principal de l’urbanisme, et ce jusqu’à la Reconstruction d’après la Seconde guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Backouche, « Danielle Chadych et Dominique Leborgne, Atlas de Paris. Évolution de Paris, Paris, Éditions Parigramme, 1999, 200 p. Alain Clément et Gilles Thomas [dir.], Atlas du Paris souterrain. La doublure de la Ville lumière, Paris, Éditions Parigramme, 2001, 200 p. Pierre Pinon, Atlas du Paris haussmannien. La ville en héritage du Second Empire à nos jours, Paris, Éditions Parigramme, 2002, 212 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 28 | 2004, 187-188.

Référence électronique

Isabelle Backouche, « Danielle Chadych et Dominique Leborgne, Atlas de Paris. Évolution de Paris, Paris, Éditions Parigramme, 1999, 200 p. Alain Clément et Gilles Thomas [dir.], Atlas du Paris souterrain. La doublure de la Ville lumière, Paris, Éditions Parigramme, 2001, 200 p. Pierre Pinon, Atlas du Paris haussmannien. La ville en héritage du Second Empire à nos jours, Paris, Éditions Parigramme, 2002, 212 p. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 28 | 2004, mis en ligne le 21 juin 2005, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/635

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page