Navigation – Plan du site
Dossier

Les plaisirs cruels de la « plèbe » : combats de taureaux et représentation politique des bêtes dans la Grande-Bretagne de la première moitié du XIXe siècle

The Cruel Pleasures of the “Plebeians”: Bull-Baiting and the Political Representation of Animals in Early Nineteenth-Century Britain
Die grausamen Freuden des Pöbels. Bull-baiting und die politische Repräsentation der Tiere in Großbritannien in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts
Fabien Carrié
p. 63-79

Résumés

À partir de l’analyse des controverses qui agitent l’espace public britannique à la croisée des XVIIIe et XIXe siècles autour du jeu populaire du bull-baiting, il s’agit de restituer le processus d’affirmation de la première déclinaison de l’idéologie « animaliste ». Les critiques et conflits croissants que suscite la violence du sport mettant en scène l’affrontement d’un taureau et d’une meute de chiens bulldogs, ont en effet contribué à façonner l’idée de représentation politique des bêtes, dans le sens d’une focalisation exclusive sur les pratiques et relations aux animaux des membres des classes populaires. La démonstration s’opère en deux temps. Sont d’abord étudiées les dynamiques qui affectent l’équilibre et les mécanismes de la configuration du jeu du bull-baiting, contribuant alors à dé-compartimenter et à mettre au jour la brutalité intrinsèque au sport. On examine ensuite la politisation du rituel violent dans les premières années du XIXe siècle, politisation qui s’opère à l’aune de l’évolution des rapports de force au sein du parlement et du champ du pouvoir britannique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les combats de taureaux à l’orée du XIXe siècle : une configuration fragilisée
La politisation de la violence du bull-baiting dans le champ du pouvoir

Aperçu du début du texte

Au mois de mai 1809, l’avocat Thomas Erskine, célèbre pour ses nombreux engagements charitables et pour avoir défendu, contre ses propres convictions, des militants jacobins, présente devant la chambre des Lords un projet de lois aux visées zoophiles, qui entend interdire et punir les actes de cruauté commis à l’encontre des animaux domestiques. La proposition de législation prévoit un large domaine d’application, le parlementaire souhaitant rendre illégales des pratiques aussi variées que les courses contre le temps, les coups injustifiés portés contre les animaux de trait et de transport par les conducteurs d’attelages, l’affamement volontaire par les équarisseurs des chevaux de réforme en vue de précipiter leur trépas. De cet inventaire fourni, se trouve toutefois exclue une activité bien particulière : le bull-baiting, forme insulaire des combats d’animaux qui oppose des chiens à un taureau, cette omission devant prévenir toute objection à l’édiction du projet de loi. Instruit d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Carrié, « Les plaisirs cruels de la « plèbe » : combats de taureaux et représentation politique des bêtes dans la Grande-Bretagne de la première moitié du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 63-79.

Référence électronique

Fabien Carrié, « Les plaisirs cruels de la « plèbe » : combats de taureaux et représentation politique des bêtes dans la Grande-Bretagne de la première moitié du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rh19.revues.org/5186 ; DOI : 10.4000/rh19.5186

Haut de page

Auteur

Fabien Carrié

Fabien Carrié est docteur en science politique et chercheur post-doctorant à l’Université Paris-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page