Navigation – Plan du site
Deuils

Hommage à Pierre Lévêque (1927-2017)

Jacqueline Lalouette
p. 7-11

Notes de la rédaction

Allocution prononcée par Jacqueline Lalouette le jeudi 2 février 2017, aux obsèques civiles de Pierre Lévêque, à Plombières-les-Dijon (salle Eugène Vadot)1.

La lecture des Souvenirs du vingtième siècle et des divers travaux de Pierre Lévêque montre à quel point, chez lui, l’historien fut – pas exclusivement, bien sûr – l’héritier de l’enfant et de l’adolescent qu’il avait été. Tout au long de sa vie, se tisse un fil directeur, ou plusieurs fils directeurs entrelacés, prouvant son sens de la fidélité à ses apprentissages et à ses engagements, dût-il porter un regard distancié, voire critique, sur certains d’entre eux.

Né à Dijon le 3 juillet 1927, Pierre Lévêque a passé une partie de son enfance, de 1927 à 1935, à Izeure, dans le canton de Genlis. Aux alentours de 1930, Izeure comptait moins de trois cents habitants et la majorité des fermes s’étendaient sur moins d’un hectare. Pierre Lévêque vivait dans une maison sans eau courante où l’on faisait, comme il l’écrit, sa toilette «  en pièces détachées  ». On achetait le lait, les œufs, le beurre à la ferme et le petit Pierrot, comme on l’appelait, voyait la fermière baratter son beurre. Il voyait aussi, au moment du battage, le battoir à vapeur ou des chevaux munis d’œillères tourner dans la pénombre sur le sol de terre battue. La forêt de Citeaux étant toute proche, le monde des bûcherons ne lui était pas inconnu. Il y avait alors peu d’automobiles, mais encore beaucoup de chariots et de tombereaux hippomobiles.

En 1935, les parents de Pierre Lévêque, Camille et Marie-Thérèse (née Orssaud), tous deux instituteurs, obtinrent leur mutation pour l’école de Talant. Ce bourg ne comptait plus guère d’agriculteurs et les conditions matérielles de la vie quotidienne y étaient plus modernes qu’à Izeure  ; l’eau arrivait «  sur l’évier  » et le gaz de ville était distribué. Mais le temps libre restait marqué par des loisirs de type campagnard, notamment la pêche, que le jeune Pierre pratiquait avec plaisir  ; les petits poissons qu’il attrapait constituaient le plus souvent un festin pour sa chatte, «  la jaujaune  ». Dans ce bourg suburbain, l’enseignement de l’école publique, souligne Pierre Lévêque, continuait d’être inspiré par la France rurale. Dans les lectures, les rédactions, les poésies, il n’était question que de forêts, de vergers, de treilles, de récoltes et les enfants récitaient «  La biche  » de Maurice Rollinat, la pauvre biche qui «  brame au clair de lune  » car son «  petit faon délicieux  » a disparu «  dans la nuit brune  ».

De cette enfance dans un monde «  depuis longtemps disparu  », Pierre Lévêque avait gardé non seulement un goût vif pour la nature, mais aussi un grand intérêt pour la vie rurale. Tout ce qu’il apprit plus tard grâce à l’enseignement de Pierre de Saint-Jacob ou à la lecture des Caractères originaux de l’histoire rurale française de Marc Bloch, tomba sur une terre déjà fécondée, fertilisée par un vécu sensible et charnel. La place qu’il consacra à l’histoire rurale dans ses travaux doit certainement être mise en rapport ave ces années de l’enfance. Nadine Vivier, professeur émérite à l’Université du Mans, spécialiste bien connue des études rurales, souligne l’importance de la thèse de Pierre Lévêque, «  ce monsieur admirable  », pour l’histoire rurale française.

Les parents de Pierre Lévêque étaient des républicains qui, à l’époque du Front populaire, et peut-être avant, partageaient une sensibilité socialiste, sans être «  foncièrement hostiles au communisme  ». L’amour de la République, Pierre Lévêque ne le vivait pas seulement dans la famille, mais aussi à l’école – deux univers indissociablement liés pour lui, par la force des choses. Dans ses Souvenirs, il insiste sur tout ce qu’il apprit de l’école républicaine, sur la manière dont celle-ci l’a formé, sous l’œil de Marianne trônant dans la salle de classe, lui inculquant l’amour du travail bien fait, des vertus familiales, la conviction qu’il fallait aimer et défendre la patrie. Mais l’école lui apprit aussi à nourrir un espoir de paix pour le monde, espoir renforcé à la maison par les récits de sa mère, dont le frère Étienne était mort sur le front de Somme en 1916, et qui parlait souvent des «  horreurs de la guerre  » à son fils. Pierre Lévêque se souvenait avec émotion de la cérémonie du 11 novembre au monument aux morts, célébration patriotique au cours de laquelle la guerre était perçue comme «  douloureuse plutôt que glorieuse  ». Ses souvenirs sur le 14 juillet, le bal, les pétards, étaient plus joyeux, politisés déjà, car au drapeau tricolore le maire socialiste d’Izeure ajoutait le drapeau rouge, présentant le premier comme le drapeau de son pays et le second comme celui «  de son espérance  ».

Les parents de Pierre Lévêque étaient laïques et incroyants, mais l’influence de la grand-mère maternelle fit qu’il fut baptisé  ; ainsi, à l’action de l’aïeule se joignit celle d’une marraine, très pieuse. Pierre Lévêque fréquenta donc le catéchisme, assista régulièrement à la messe dominicale dès l’âge de sept ans – il lui arriva même de servir comme enfant de chœur –, fit sa communion solennelle et fut confirmé. Mais sa vie religieuse s’arrêta là car ses parents refusèrent de l’inscrire au catéchisme de persévérance, qui conduisait à un second renouvellement des vœux du baptême. Ayant été séduit par la pompe liturgique de l’Église catholique, il en fut quelque peu déçu, mais ne se révolta pas contre la décision parentale. Il ne se servit jamais du gros missel à tranches dorées qui lui avait été offert, mais garda de bonnes relations avec le curé de Talant qui lui prêtait des ouvrages sur l’art roman et l’art gothique pour lesquels il ressentait «  une passion qui ne le quitta jamais  ». Plus tard, ce prêtre fit remarquer à la marraine de Pierre Lévêque que celui-ci ferait «  un bon prêtre  »  ; le propos fut rapporté à madame Lévêque mère qui répondit qu’il n’en était pas question, qu’elle souhaitait «  une vie normale  » pour son fils et qu’elle voulait avoir des petits-enfants. Commentant ces paroles dans ses Souvenirs, Pierre Lévêque écrit  : «  Soixante-dix ans après, je ne puis que lui donner raison  ». S’interrogeant sur ses idées et ses convictions d’enfant, il se demande s’il avait alors la foi et conclut ainsi  : «  Il m’est difficile de donner une réponse sûre, mais mon évolution ultérieure me fait pencher vers la négative ».

Pierre Lévêque était en effet incroyant et par ailleurs profondément laïque, d’une laïcité qui se voulait aimable, tolérante, et, pour reprendre des adjectifs plus récents et sans doute moins polémiques que ceux d’ouverte et de fermée, inclusive et non exclusive. Dans ses travaux portant sur l’attitude politique des populations, notamment sous la Seconde République, il se montra attentif aux pratiques religieuses, utilisa les sources appropriées, appliqua à ses recherches dans ce domaine les méthodes statistiques mises au point par le chanoine Boulard. Il fréquenta assidument les Archives diocésaines d’Autun et, à ce sujet, relate une savoureuse anecdote. L’accueil de ces Archives était assuré par une religieuse à laquelle il se présenta comme étant «  Monsieur Lévêque de Dijon  »  ; et la religieuse de lui donner du monseigneur… Était-ce humour ou naïveté  ? Pierre Lévêque dit ne l’avoir jamais su. Lorsqu’il rapporte le fruit de ses recherches dans le champ du religieux, lorsqu’il parle de l’anticléricalisme à l’œuvre ici ou là en 1848, Pierre Lévêque le fait toujours avec objectivité, neutralité et sobriété. Son intérêt pour les pratiques religieuses et cléricales ou anticléricales se manifesta encore par des travaux qui pourraient paraître inconciliables chez certains historiens, mais ne le furent pas pour lui. En 1966, il donna au Mouvement social un long article pionnier sur la Libre Pensée, à une époque où peu d’historiens – ils étaient deux, lui et Jean-Marie Mayeur, mort en octobre 2013 – s’intéressaient à l’histoire de ce courant de pensée et de ce mouvement. Une grosse dizaine d’années plus tard, en 1977, il fut contacté par le chanoine Boulard, mort peu après, qui lui demanda de prendre en charge les diocèses bourguignons pour la vaste entreprise des Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français. Il accepta, mena aux Archives diocésaines de Dijon un travail comparable à celui qu’il avait mené à Autun et noua des liens avec des spécialistes d’histoire religieuse, notamment Jacques Gadille, lui aussi mort en 2013. Pierre Lévêque eut encore l’occasion de s’intéresser à un sujet d’ordre religieux en participant aux Entretiens d’Auxerre, fondés par Léo Hamon. En 1985, le sujet fixé portait sur les liens entre le jansénisme, la déchristianisation et la laïcité. Il y présenta une communication intitulée «  Vigne, religion et politique en France aux XIXe et XXe siècles  ». Ainsi, chez lui, la fermeté des convictions laïques se conjuguait à la certitude que l’histoire religieuse avait à voir avec l’histoire politique que, par ailleurs, il vit avec plaisir retrouver un haut niveau de considération, alors qu’antérieurement des historiens de l’École des Annales avaient eu tendance à la rabaisser, la marginaliser, comme étant événementielle et étrangère à l’analyse des structures et des mentalités.

Enfin, Pierre Lévêque fut un homme fidèle dans ses engagements associatifs, dont plusieurs ont déjà été présentés par le recteur Jean-François Chanet et Jean Vigreux. Celui-ci a parlé des associations locales, tandis que celui-là a souligné l’appartenance de Pierre Lévêque à la Société d’études jaurésiennes, dont le président, Gilles Candar, retenu à Paris par une réunion du Centre national du livre, ne peut être présent, pas plus que Catherine Moulin, membre du Conseil d’administration de la Société, qui assure ses cours à Lyon. Je parlerai donc ici de la Société d’histoire de la Révolution de 1848. Jean-Yves Mollier, qui en a été un membre très actif, écrit  : «  Pierre Lévêque était un grand historien, et un homme modeste, une véritable exception dans notre milieu  ». Jean-Claude Caron, ancien président, Raymond Huard, actuel vice-président, prodiguent aussi leurs éloges. Pierre Lévêque avait adhéré à la Société dans les années 1960, à une époque où elle était peu active – et ce depuis la fin de la guerre –, comptait peu de membres et publiait des recueils d’études sur un rythme irrégulier. C’est d’ailleurs dans l’un de ces recueils que Pierre Lévêque publia son premier article consacré aux élections législatives de mai 1869 dans les arrondissements de Châtillon-sur-Seine et de Semur-en-Auxois. En 1974, la Société fut remontée de main de maître par Maurice Agulhon, élu professeur au Collège de France en 1985, mort en mai 2014  ; à partir de 1982, la présidence fut assurée par Philippe Vigier, mort en 1995. Au sein de cette société, Pierre Lévêque noua une forte amitié avec Maurice Agulhon  ; en 1975, tous deux publièrent en commun un article consacré à «  L’épigraphie au village  » dans les Annales historiques de la Révolution française. Lorsque Maurice Agulhon fut frappé par la maladie, Pierre Lévêque alla régulièrement le voir à Bar-sur-Aube, où il vivait une partie de l’année  ; sa compagne, Catherine Robin, regrette de n’avoir pu venir à Dijon aujourd’hui. Depuis 2004, Pierre Lévêque était vice-président de la Société. Récemment sollicité pour un renouvellement de son mandat par l’actuel président, Emmanuel Fureix, il avait ainsi répondu  : «  Je suis très honoré de cette proposition et j’accepte bien volontiers, avec cette réserve qu’en raison de mon état de santé, je ne suis pas sûr de pouvoir toujours être présent à nos réunions. Je ferai mon possible, car je suis très attaché à la Société de 48  ». Et Emmanuel Fureix de commenter  : «  Toujours cette incroyable humilité (c’est évidemment nous qui étions honorés de son acceptation  !). L’humilité, la fidélité, la discrétion et l’intelligence bienveillante  : voilà ce que je retiendrai de sa présence aux différentes réunions de la société  ».

Vous l’avez compris, Pierre Lévêque appartenait à une génération d’historiens dont beaucoup sont déjà morts. Son décès est celui d’une personne, d’un ami, mais aussi celui d’un membre important d’une communauté intellectuelle, scientifique et, au chagrin provoqué par sa mort s’ajoute une sorte de sentiment de perte cumulative. Pour tous les historiens, jeunes ou moins jeunes, encore de ce bas monde, Pierre Lévêque restera un grand historien, un homme gentil, modeste et bienveillant. La convergence des témoignages allant dans ce sens, ne peut, chère Fanchette, effacer votre chagrin ni celui de vos enfants et de vos petits-enfants, mais elle peut peut-être l’atténuer par le rayonnement qu’elle confère à l’image et au souvenir de Pierre.

Notes

1 . D’autres éléments auraient pu être rappelés, mais il ne fallait pas allonger indûment le propos car il y eut au total dix prises de parole ; il fallait aussi éviter les redites puisque, parmi les orateurs, figuraient d’autres historiens, Jean-François Chanet, Jean Vigreux et un étudiant, Charles Gutiérez. Les quatre interventions d’historiens, éventuellement développées, seront publiées prochainement par les Annales de Bourgogne.

Haut de page