Navigation – Plan du site
Varia

L’asile d’aliénés et le « désordre des familles »

The Lunatic Asylum and the Disorder of Families
Die Irrenanstalt und „Missstände in der Familie
Anatole Le Bras
p. 171-187

Résumés

Cet article propose de réexaminer le rôle des familles dans l’internement et la sortie de l’asile d’aliénés à partir du cas de l’asile Saint-Athanase de Quimper, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les familles jouent un rôle déterminant dans la prise en charge à domicile des aliénés, en particulier quand ils ne sont pas dangereux. Laissées de côté par la procédure du placement d’office définie par la loi de 1838, qui consacre la prépondérance de l’administration, elles s’approprient néanmoins l’internement comme un moyen de régulation en dernier recours des conflits et de la violence liés à la maladie mentale des proches. En prenant appui sur la correspondance retrouvée dans les dossiers de patients, les incessantes négociations entre médecins et familles relatives à la sortie de l’asile sont ensuite examinées. L’intrusion des familles dans le jeu asilaire n’est pas seulement le résultat de stratégies parfois contestataires, mais aussi de la volonté médicale d’utiliser les familles pour faciliter les sorties et désencombrer l’asile. Cet article propose ainsi un décentrement du regard permettant de replacer l’asile dans un continuum de modalités de prise en charge, formelles ou informelles, impliquant toujours l’institution familiale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Du foyer à l’asile  : un rôle déterminant
Le domicile familial, ‘primary locus of care’ ?
Stratégies familiales et internement asilaire
De l’internement à la sortie : une négociation permanente du destin des malades
Entre espoir de guérison et refus de la séquestration
Une intrusion réussie dans le jeu asilaire

Aperçu du début du texte

La nommée Marie-Jeanne Joncourt, épouse d’Alain Le Roux, journalière, demeurant rue Meur, en la ville de Pont-l’Abbé

Monsieur le Directeur,

J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que je me suis présentée hier à l’Asile des Aliénés pour voir mon mari qui y est en traitement, il y a quatre ans depuis le mois de février. J’étais accompagnée de quatre femmes et nous croyons être certaines toutes cinq que mon mari jouit de toutes ses facultés intellectuelles.

Je viens donc, Monsieur le Directeur, vous faire part du vif désir que j’ai de le voir rester au domicile conjugal, et si c’est possible, comme je l’espère, je vous serai infiniment reconnaissante de me rendre ce service. […] Marie-Jeanne Joncourt  ».

En dépit des efforts de son épouse, Alain Le Roux, tailleur de pierres de profession, ne quittera pas l’asile Saint-Athanase de Quimper où il est entré le 3 février 1885, à l’âge de 25 ans, pour traiter ses crises d’épilepsie. Cette lettre constitue un véritable défi au savoir médic...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anatole Le Bras, « L’asile d’aliénés et le « désordre des familles » », Revue d'histoire du XIXe siècle, 53 | 2016, 171-187.

Référence électronique

Anatole Le Bras, « L’asile d’aliénés et le « désordre des familles » », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/5122 ; DOI : 10.4000/rh19.5122

Haut de page

Auteur

Anatole Le Bras

Anatole Le Bras est doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po. Il est lauréat du prix d’Histoire du XIXe siècle attribué au meilleur master soutenu en 2013-2014.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page