Navigation – Plan du site
Dossier

Les hommes de science napolitains en exil en France, des passeurs scientifiques et politiques (1799-1820)

Neapolitan men of science in exile in France. Scientific and political brokers (1799-1820)
Neapolitanische Gelehrte im französischen Exil. Mittler in Wissenschaft und Politik (1799-1820)
Fabio D’Angelo
Traduction de Article traduit de l’italien par Vincent Jolivet
p. 39-57

Résumés

L’article analyse, en se concentrant sur l’exemple napolitain, comment l’exil politique a pu favoriser l’innovation scientifique et technique dans le royaume de Naples par la confrontation avec le contexte culturel et scientifique francais, et par l’insertion des savants en exil dans les reseaux et dans les structures de formation transalpines. Il illustre egalement, a partir de l’experience de l’exil, les modalites par lesquelles les exiles ont cherche a s’inspirer, a leur retour, des instances francaises de l’innovation scientifique et technique. Il evalue enfin les effets de ces processus de mediation sur le royaume de Naples, en mettant en evidence les reactions de la societe napolitaine face a ces influences culturelles exterieures.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Exils savants
Retours d’exil  : passeurs de théories scientifiques, passeurs d’idées politiques

Aperçu du début du texte

En Europe, les voyages de formation technico-scientifique présentaient, entre autres points communs, l’idée du retour dans la patrie et la nécessité de faire fructifier les compétences acquises. Cette situation changea toutefois à partir de la Révolution française, parce que le retour, pour l’exilé, fut dès lors sujet à débat. L’historiographie s’est penchée à de nombreuses reprises sur l’exil politique, en concentrant l’attention sur les résultats de cette expérience aussi bien pour les sociétés qui ont reçu des exilés que pour leur patrie d’origine, en termes de développement et de progrès technico-scientifique, ainsi que sur la contribution fournie par l’exil à la diffusion des connaissances et au transfert des savoirs. On a également constaté que l’émigration forcée fut un moment de formation culturelle, intellectuelle et scientifique. Enfin, on a relevé que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des individus, que ce soit sur le continent européen ou e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio D’Angelo, « Les hommes de science napolitains en exil en France, des passeurs scientifiques et politiques (1799-1820) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 53 | 2016, 39-57.

Référence électronique

Fabio D’Angelo, « Les hommes de science napolitains en exil en France, des passeurs scientifiques et politiques (1799-1820) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/5086 ; DOI : 10.4000/rh19.5086

Haut de page

Auteur

Fabio D’Angelo

Fabio D’Angelo est chercheur post-doctorant à la Scuola Superiore di Studi Storici de l’Université de la République de Saint-Marin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page