Navigation – Plan du site
Lectures

Julien MARECHAL, La guerre aux cheminées. Pollutions, peurs et conflits autour de la grande industrie chimique (Belgique, 1810-1880)

François Jarrige
p. 229-231
Référence(s) :

Julien MARECHAL, La guerre aux cheminées. Pollutions, peurs et conflits autour de la grande industrie chimique (Belgique, 1810-1880), Namur, Presses universitaires de Namur, 2016, 34 euros.

Texte intégral

1L’ouvrage de Julien Maréchal, issu de sa thèse de doctorat soutenue à l’université de Namur en Belgique, offre une très riche contribution au champ de l’histoire environnementale, mais aussi, au-delà, à l’histoire sociale de la chimie et de l’industrialisation, à celle des conflits sociaux, des savoirs et des controverses scientifiques au XIXe siècle. L’auteur explore les conditions sociales, culturelles et politiques de l’implantation de la grande industrie chimique en Belgique, pays alors au cœur de l’Europe industrielle. Tandis que la plupart des études consacrées à ce secteur d’activité se désintéressaient de la question des pollutions, ou privilégiaient des études hagiographiques vantant la geste modernisatrice des grands chimistes et des entrepreneurs, l’auteur choisit de placer les conflits environnementaux au cœur de son récit. Alors que le sujet pourrait paraître ardu et technique, il parvient par ailleurs à offrir un récit très clair, vivant et fluide, parfois même palpitant, tant les hommes, leurs actions et leurs représentations sont au cœur de l’analyse.

2La scène inaugurale autour de laquelle s’organise le livre se déroule dans la région de la basse Sambre, en aval de Charleroi et en amont de Namur. Dans ce territoire rural proto-industriel plusieurs usines chimiques de production de soude artificielle s’implantent au début du XIXe siècle en utilisant le procédé mis au point par le Français Leblanc à l’époque révolutionnaire. Dès les années 1840, ces usines sont devenues les principales fabriques de soude et d’acide sulfurique du pays, produits pour lesquels la demande ne cesse de croître. Mais elles deviennent aussi l’enjeu d’intenses controverses mettant aux prises les savants, les ingénieurs, les riverains, les ouvriers, les fabricants et l’Etat. Comme en France et en Angleterre où elles provoquent également leur lot de protestations, ces usines produisent en effet des nuisances sans précédent. Les vapeurs d’acide chlorhydrique notamment, qui s’échappent des cheminées, corrodent tout aux alentours suscitant d’innombrables plaintes des riverains, maires, notables ruraux ou simples paysans craignant pour leurs récoltes, leur bétail et leur santé. Les protestations augmentent au fur et à mesure de l’accroissement des émissions toxiques, mais elles sont généralement balayées par les ingénieurs des mines et les médecins convaincus de l’innocuité des rejets acides pour le voisinage, et de l’importance décisive de la nouvelle industrie pour la grandeur du pays. La dangerosité des résidus qui s’échappent des cheminées demeure en effet incertaine : à côté des alertes beaucoup d’industriels et de chimistes défendent ainsi les vertus désinfectantes des acides, loin de polluer et de menacer la santé publique ces émanations sont censées protéger du choléra et du Typhus. Les industriels achètent de leur côté la paix sociale en versant des compensations financières aux victimes ou en promettant l’installation de miraculeuses techniques de dépollution qui ne viennent jamais.

3Au milieu du mois d’août 1855, des troubles populaires d’une ampleur exceptionnelle éclatent dans la région contre les soudières accusées de décimer les récoltes de pommes de terre. Des centaines d’émeutiers tentent de détruire une usine, avant d’être réprimés par l’armée qui tire sur la foule et fait deux morts. L’émeute se déroule dans un contexte d’incertitudes scientifiques et de vives tensions sociales, provoquées notamment par l’effondrement des anciennes activités proto-industrielles dans les campagnes. L’insurrection contre la pollution a ici à voir avec les anciennes émeutes frumentaires, les insurgés dénoncent des usines chimiques contrôlés par de grands notables urbains qui sont accusés d’affamer le peuple en détruisant les récoltes. Des placards apposés dans divers quartiers de Namur proclament d’ailleurs conjointement « Mort aux accapareurs » et « Démolissons les fabriques de produits chimiques ». Face à ces protestations, l’Etat intervient en maniant alternativement le bâton de la répression et la carotte des réformes, et en cherchant à concilier les intérêts contradictoires des industriels et des riverains. Il met notamment sur pied une commission d’enquêtes parlementaire – fait unique dans l’Europe du temps – afin d’étudier les nuisances de l’industrie chimique, il réforme les régulations et les normes en vigueur, mais il œuvre aussi à disqualifier les « préjugés » des populations rurales à l’égard de la grande industrie, en encourageant la vulgarisation scientifique et en imposant des normes techniques censées diminuer les rejets.

4Plutôt qu’une approche chronologique classique, l’auteur articule son développement à cette crise de 1855 qui constitue le pivot de la démonstration. Il explore d’abord « la généalogie d’une résistance », puis examine les formes de l’évènement et les réponses immédiates qu’il suscite, avant d’étudier comment l’industrie chimique et ses pollutions ont peu à peu été acclimatées avant de disparaître lorsqu’une nouvelle méthode est mise au point pour obtenir la soude après 1880. La « guerre aux cheminées » étudie donc l’un des premiers « cycles de pollution » de la grande industrie chimique, de ses origines à son extinction, avant que d’autres cycles de pollutions chimiques ne prennent le relais dès la fin du XIXe siècle. La finesse de l’analyse vient de ce que l’auteur parvient à croiser les regards, à proposer une approche complexe et dynamique qui donne autant à voir les populations riveraines et leur porte-parole que les représentants de l’Etat et les industriels, même s’il manque les archives des entreprises pour approfondir tous les enjeux économiques et financiers du sujet. Cette approche permet de complexifier et d’offrir un tableau plus réaliste des origines de la grande industrie chimique. L’auteur est particulièrement attentif – à juste titre – à l’évolution du système administratif et juridique qui réglemente et encadre l’implantation et l’exploitation des établissements nuisibles ou incommodes. Il montre comment le décret napoléonien de 1810 a été appliqué et adapté en Belgique. L’Etat Belge n’a pas cessé d’alterner entre pragmatisme, interventionnisme prudent et laissez-faire. Mais il montre aussi comment les réactions des populations à l’égard de la grande industrie ont varié selon les pays et les régions, en fonction notamment du degré d’urbanisation. Tous ces éléments font de cette thèse, bien plus qu’une simple monographie régionale, une véritable étude transnationale des pollutions chimiques et de leur gestion dans l’Europe industrielle du XIXe siècle.

5Dans la continuité de nombreux travaux récents – comme ceux de Geneviève Massard-Guilbaud, Thomas Le Roux ou Jean-Baptiste Fressoz en France ou ceux d’Isabelle Parmentier et Chloé Deligne en Belgique – la belle étude de Julien Maréchal confirme en définitive combien la réflexivité à l’égard des risques environnementaux fut très présente dès le XIXe siècle. Il montre aussi, à nouveau, combien l’industrialisation ne fut pas un long chemin pacifique et glorieux mais un processus discontinu et conflictuel. Il montre enfin, et peut-être surtout, comment la pollution est devenue au XIXe siècle une fatalité, une nécessité imposant le sacrifice de certains territoires et de leurs habitants au nom du progrès de la nation, comment les doutes et les savoirs locaux ont été levés au profit d’une légitimation de l’industrie et de ses nuisances peu à peu considérées comme un destin inévitable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Julien MARECHAL, La guerre aux cheminées. Pollutions, peurs et conflits autour de la grande industrie chimique (Belgique, 1810-1880) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 229-231.

Référence électronique

François Jarrige, « Julien MARECHAL, La guerre aux cheminées. Pollutions, peurs et conflits autour de la grande industrie chimique (Belgique, 1810-1880) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/5051

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page