Navigation – Plan du site
Document

Aux lisières du moi. 1824 à Kerliver par Aline de Quelen

On the edge of the ego. 1824 in Kerliver by Aline de Quelen
Am Rande des Ich. 1824 in Kerliver von Aline de Quelen
Laurent Le Gall
p. 159-171

Résumés

Remarques sur tous les jours de l’année 1824. Sobre, le titre du « journal intime » que composa Aline de Quelen à dix-huit ans renvoie concrètement à ce que l’on y trouve : la relation jour après jour d’une existence dont la mise en écrit commence par une remarque sur le temps qu’il fait. Écoulement des jours et météosensibilité : une année dans la vie d’une jeune aristocrate dont la famille, exilée pendant la Révolution, s’est réinstallée dans le château de Kerliver, à quelques encablures du fond de la rade de Brest. Archive « sensible » découverte dans le manoir d’un de ses héritiers, l’intérêt de ce texte manuscrit de 89 pages n’est pas de nature documentaire. Componction et « désentimentalisation » opèrent en effet pour le lecteur au fil des maigres paragraphes comme autant de mises à distance d’une écriture autobiographique qui rechigne aux épanchements du « moi romantique ». Et pourtant, ce texte nous intéresse aussi pour les quelques écarts à la norme que s’autorisa la confessée, pour son obsession météorologique, pour les nervures d’une vie simple sous la Restauration qui permet d’envisager nos contemporanéités incertaines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Faire avec ce que l’on croit savoir de la littérature de l’intime
Lectures : prendre au pied de la lettre ?

Aperçu du début du texte

 

dimanche 26. Le temps est passable nous avons été a la messe au faou après la messe mon oncle urbain renaud rosine le petit louis et moi sommes allés voir la maison de madame henry monsieur grislel est venu diner ici après le diner nous avons dit les vêpres le soir on a fait un vingt et un

lundi 27. Le tems n’est pas beau le matin comme a l’ordinaire l’après diner travaillé les deux messieurs le gris sont arrivés le soir on a joué au vingt et un

mardi 28. Le tems est la même chose renaud est parti de bon heure monsieur le gris père est aussi parti sur les 11 heure l’après diner le jeune le gris et mon oncle urbain sont partis ce qui fait que nous nous trouvons encore peu le soir travaillé et joué

mercredi 29. Le tems n’est pas très beau le matin travaillé il est venu un marchand nous avons achettés quel que petites choses l’après diner nous avons été promener avec ma tante ensuite travaillé le soir comme a l’ordinaire on a eu une lettre de ma tante du dresnay et une de mon oncle heris...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Le Gall, « Aux lisières du moi. 1824 à Kerliver par Aline de Quelen », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 159-171.

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Aux lisières du moi. 1824 à Kerliver par Aline de Quelen », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 27 février 2017. URL : http://rh19.revues.org/5003 ; DOI : 10.4000/rh19.5003

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page