Navigation – Plan du site
Dossier

« Belle Époque » : invention et usages d’un chrononyme

Dominique Kalifa
p. 119-132

Résumés

L’expression « Belle Époque », qui désigne les quinze premières années du XXe siècle, constitue le type même du chrononyme rétrospectif, forgé après-coup pour pleurer « le monde que nous avons perdu ». Si cette donnée est bien connue, aucune enquête n’avait documenté les conditions précises de sa naissance ni les significations successives revêtues par l’expression. C’est à cette tâche que s’emploie cet article. Il montre comment, de 1931 à 1940, s’effectua par étapes la naissance du chrononyme, puis détaille les principaux supports qui permirent son épanouissement dans les années 1950. Il en évoque ensuite les différents usages : figure compensatoire capable de cristalliser dans l’épreuve une forme de bonheur « français », puis d’incarner une République triomphante à un moment où la puissance culturelle, internationale et coloniale était en péril. Elle prend par la suite d’autres visages, contestatrice, féministe, culturelle, patrimoniale, signalant à chaque fois la grande plasticité (et d’une certaine manière l’autonomie) d’un chrononyme capable de puiser à des sources différentes de l’imaginaire de référence.

Haut de page

Dédicace

À Pascal Ory

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De « l’époque 1900 » à la « Belle Époque »
De la République triomphante aux terroirs de notre beau pays

Aperçu du début du texte

« Belle Époque » constitue le type même du chrononyme dont aucun historien ne semble dupe. Il n’est en effet pas un ouvrage sur la période qui ne débute par quelque formule convenue venant rappeler que ladite époque, identifiée le plus souvent aux quinze ou vingt ans qui précèdent la Première Guerre mondiale, n’était « pas belle pour tout le monde ». Les mêmes auteurs poursuivent généralement en expliquant que l’expression est apparue au lendemain de la Grande Guerre pour signifier la nostalgie d’un monde perdu. Reproduite de livre en livre, cette assertion a acquis force de loi. Elle n’a pourtant jamais été démontrée et seuls quelques rares historiens, Charles Rearick en 2011, Jacqueline Lalouette en 2013, ont à juste titre émis des doutes sur l’authenticité de cet acte de naissance. Partie prenante d’une recherche plus large sur l’imaginaire « Belle Époque », cet article entend documenter plus précisément les conditions de la naissance de l’expression et évoquer les principaux usa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Kalifa, « « Belle Époque » : invention et usages d’un chrononyme », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 119-132.

Référence électronique

Dominique Kalifa, « « Belle Époque » : invention et usages d’un chrononyme », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4997 ; DOI : 10.4000/rh19.4997

Haut de page

Auteur

Dominique Kalifa

Dominique Kalifa est professeur à l’Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France (Centre d’histoire du XIXe siècle)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page