Navigation – Plan du site
Dossier

Fin de siècle

“Fin de siècle”
« Fin de siècle »
Christophe Charle
p. 103-117

Résumés

La singularité du chrononyme « fin de siècle » tient dans la précocité de son autodéfinition. Même si les contemporains ont eux mêmes critiqué l’illusion sur laquelle il reposait (pourquoi l’arbitraire de la fin d’un siècle devrait-elle coïncider avec la fin d’une époque historique marquée par ses désillusions ?), l’expression s’est imposée dès les années 1880, et se trouvait en phase avec le contexte pessimiste qu’on retrouve aussi bien dans les difficultés économiques, les incertitudes politiques que dans l’humeur négative diffusée par une partie des productions littéraires et philosophiques qui se placent sous le signe de la « décadence », de la névrose, voire de la dégénérescence. Bien qu’après 1900 un nouveau discours plus optimiste se répande sur le siècle qui vient, le terme a durablement survécu et a même connu une diffusion nouvelle à la fin du XXe siècle où l’on retrouve un effet de miroir dans le discours critique de la modernité ou du postmodernisme et dans l’expansion des travaux (notamment anglophones mais aussi en France et dans les pays germaniques) revisitant avec fascination ce qu’était l’autre « fin de siècle », pour y trouver peut être des clés sur le présent.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Carl E. Schorske (1915-2015)

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Avatars du « siècle »
Trente ans avant
Renouveau de la « fin de siècle »

Aperçu du début du texte

La singularité du chrononyme « fin de siècle » tient à la précocité de son autodéfinition. D’ordinaire, la plupart des expressions qualifiant des périodes sont rétrospectives, qu’on pense à la « Belle époque » ou aux trop fameuses « Trente Glorieuses ». Les contemporains ont beau dénoncer eux-mêmes l’artifice qui consiste à identifier l’évolution d’un siècle aux phases d’essor, d’apogée et de déclin d’un corps organique qui traverse les « âges de la vie », plus on approche des décennies fatidiques, plus la thématique s’affirme et ceux qui tentent de la contester ou de proposer une autre vision du temps historique doivent recourir à des procédés rhétoriques défensifs. Cette mode terminologique aurait donc dû s’épuiser avec le moment qui l’a vu naître. Pourtant force est de constater qu’elle est toujours vigoureuse et abondamment sollicitée comme étiquette pour de nombreux travaux contemporains prenant ainsi la force d’une évidence malgré ses fragilités originelles. C’est à explorer c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Charle, « Fin de siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 103-117.

Référence électronique

Christophe Charle, « Fin de siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4995 ; DOI : 10.4000/rh19.4995

Haut de page

Auteur

Christophe Charle

Christophe Charle est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page