Navigation – Plan du site
Dossier

« Printemps des peuples » : pour une autre lecture des révolutions de 1848

The “Printemps des peuples” (Springtime of the peoples). For another understanding of the 1848 revolutions
Der Völkerfrühling : für eine andere Lesart der Revolutionen von 1848
Jean-Claude Caron
p. 31-45

Résumés

Cet article interroge la place et la signification de l’expression « Printemps des peuples » dans l’historiographie des révolutions de 1848. Sa dimension internationale, dont témoignent les multiples traductions de l’expression, plaide pour son universalité. Pourtant, sa généalogie et sa diffusion montrent que le Printemps des peuples constitue une référence surtout dans la Mitteleuropa et plus particulièrement dans l’espace germanique. Il nourrit alors l’espoir d’une unification politique des Allemands dans un même État. Puis il a été repris à son compte par Bismarck ou encore, plus récemment, a resurgi lors de la réunification allemande de 1990. En revanche, dans la production française, l’expression ne jouit pas de la même popularité : en témoigne sa relative absence de l’historiographie, que ce soit lors du centenaire ou du cent-cinquantenaire de la révolution de 1848.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un pluriel significatif
Un printemps bien peu français
Un printemps essentiellement allemand
Réactualisations

Aperçu du début du texte

L’expression « Printemps des peuples », qui associe un acteur collectif à une saison, désigne un mouvement révolutionnaire européen se déroulant pour l’essentiel entre fin février et début juillet 1848. Eric J. Hobsbawm l’interprète comme « the first and last European revolution in the (almost) literal sense », fondant son propos sur la simultanéité du déclenchement des insurrections et sur la dilatation de l’espace concerné, « de Copenhague à Palerme, de Brasov à Barcelone ». Si les foyers révolutionnaires se multiplient alors (Paris, Berlin, Munich, Vienne, Milan, Turin, Venise, Rome, Budapest, Prague, Bucarest), il subsiste toutefois, pour des raisons diverses, des zones blanches (Saint-Pétersbourg, Londres, Madrid, Bruxelles). La forte concentration d’événements entre mars et juin 1848 est censée donner à cette séquence sa dimension saisonnière, en l’occurrence printanière. Mais ce balisage temporel est rien moins que neutre car il ne rend pas compte de la dilatation spatio-temp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « « Printemps des peuples » : pour une autre lecture des révolutions de 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 31-45.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « « Printemps des peuples » : pour une autre lecture des révolutions de 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 27 février 2017. URL : http://rh19.revues.org/4988 ; DOI : 10.4000/rh19.4988

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Jean-Claude Caron est professeur à l’Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand et membre de l’Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page