Navigation – Plan du site
Lectures

Elena BACCHIN, Italofilia. Opinione pubblica britannica e Risorgimento italiano 1847-1864

Turin, Carocci, 2014, 266 p. ISBN : 9788843074372, 39 euros.
Pierre-Marie Delpu
p. 224-225
Référence(s) :

Elena BACCHIN, Italofilia. Opinione pubblica britannica e Risorgimento italiano 1847-1864, Turin, Carocci, 2014, 266 p. ISBN : 9788843074372, 39 euros.

Texte intégral

  • 1 Sur ce courant, cf. Alberto M. Banti, Paul Ginsborg, « Per una nuova storia del Risorgimento », in (...)

1L’ouvrage d’Elena Bacchin étudie la formation des sympathies pour la cause de l’unification italienne dans l’opinion britannique dans les années 1850 et 1860. Tiré d’une thèse de doctorat, il s’inscrit dans le décloisonnement géographique des études sur le Risorgimento, attentives depuis les années 2000 aux circulations transnationales qui l’ont produit et à ses échos à l’étranger1. La relation anglo-italienne au XIXe siècle avait déjà fait l’objet d’importants travaux, les uns sur le Grand Tour, les autres sur les aspects diplomatiques, désormais bien connus. Par rapport à ceux-ci, Elena Bacchin déplace la problématique vers la réception du mouvement national italien auprès de la société civile britannique, y compris dans les classes populaires dont le combat politique s’était partiellement identifié à la cause du Risorgimento, à travers le culte des figures héroïsées de Giuseppe Garibaldi ou dans une moindre mesure de Giuseppe Mazzini. La périodisation retenue apparaît davantage italienne que britannique, incluant à la fois, de manière très classique, les révolutions de 1848-49 et la « décennie de préparation » où s’est réalisée l’unité politique de la péninsule autour du Piémont. En Grande-Bretagne, le point de départ de 1847 correspond à la fondation de la People’s International League, destinée à soutenir la cause plus large des combats nationaux et patriotiques européens ; la date de 1864, retenue comme borne aval, est celle de la visite triomphale de Garibaldi en Angleterre. L’étude s’appuie sur des fonds d’archives variés, publics ou privés, dont on peut souligner le relatif équilibre bilatéral et l’attention portée à plusieurs territoires très différents de la péninsule italienne.

  • 2 La citation, empruntée au journal The Leader (17 septembre 1859), est rappelée par l’auteure p. 93.

2L’auteure s’interroge, à partir de là, sur les acteurs et les expériences de la mobilisation pour l’Italie dans la Grande-Bretagne mid-victorienne. Les six premiers chapitres en envisagent les modalités pratiques, insistant d’abord sur le rôle décisif des circulations d’hommes, des communautés d’exilés italiens, des relations que celles-ci ont créées avec les milieux politiques britanniques, notamment chez les radicaux (ch. 1). Elena Bacchin évoque ensuite le poids du tissu associatif (ch. 2) et surtout des rencontres publiques, héritées du répertoire d’action des radicaux et des chartistes des années 1830, au point d’être considérées comme « une institution particulière de l’Angleterre »2 (ch. 3). Une riche étude, nourrie de statistiques et de cartes, est de ce point de vue consacrée aux conférences d’exilés italiens, montrant que les sympathies italophiles se sont diffusées sur la totalité du territoire britannique. La presse, surtout quotidienne (ch. 4), et les réseaux d’influence (ch. 5) sont des ressorts de politisation plus classiques, à l’origine de campagnes de soutien qui ont largement recouru aux souscriptions financières. L’étude consacrée à la place de la thématique italienne dans la culture britannique de la consommation (ch. 6) constitue l’un des passages forts de l’ouvrage, à travers des objets quotidiens à large diffusion (statues, figurines, céramiques représentant des révolutionnaires italiens ; usages commerciaux de la figure de Garibaldi, devenue un nom de sauce industrielle et l’enseigne de plusieurs pubs). E. Bacchin montre qu’à travers ceux-ci, la référence italienne aurait favorisé la participation politique des travailleurs, dont beaucoup auraient identifié le mouvement ouvrier au combat national italien.

  • 3 Par exemple Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile ? Italian Émigrés and the Liberal Internationa (...)
  • 4 Cf. sur ce point Nelson J. Moe, The View from Vesuvius. Italian Culture and the Southern Question, (...)

3On peut regretter que ces supports, fort bien mis en évidence, soient systématiquement dissociés de leurs contenus, traités dans les deux derniers chapitres. À en croire les conclusions de l’auteure, l’italophilie britannique aurait reposé sur les ressorts émotionnels classiques des discours des patriotes du Risorgimento, montrés par des études récentes3. Si les clivages politiques sont clairement observés côté britannique (E. Bacchin montre par exemple le faible intérêt porté au républicain Mazzini), ils sont lus côté italien selon des catégories très classiques (« modérés », « radicaux »), utilisées sans définition préalable. Plusieurs d’entre elles, à l’image des radicali et des liberali, ont un sens différent dans les deux pays étudiés, trop peu explicité, et leur signification évolue au cours de la période à l’étude. On déplore enfin que l’Italie traitée par Elena Bacchin soit réduite aux deux tiers septentrionaux de son territoire de 1861 et qu’elle néglige la partie méridionale de la péninsule, marquée par des problématiques spécifiques et pourtant l’objet d’une attention certaine de l’opinion britannique, dont témoigne le succès des propos de Gladstone sur les prisons bourboniennes en 18514. L’ouvrage n’en demeure pas moins une contribution importante aux lectures transnationales du Risorgimento, à travers une réelle approche bilatérale et l’intérêt nouveau porté à l’italophilie des classes populaires britanniques.

Haut de page

Notes

1 Sur ce courant, cf. Alberto M. Banti, Paul Ginsborg, « Per una nuova storia del Risorgimento », in Storia d’Italia. Annali, vol. 22, Il Risorgimento, Turin, Einaudi, 2007. Cf. encore Catherine Brice, Gilles Pécout [dir.], « L’Italie du Risorgimento. Relectures », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 44, 2012/1.

2 La citation, empruntée au journal The Leader (17 septembre 1859), est rappelée par l’auteure p. 93.

3 Par exemple Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile ? Italian Émigrés and the Liberal International in the Post-Napoleonic Era, Oxford-New York, Oxford University Press, 2009, et surtout Lucy J. Riall, Garibaldi : Invention of a Hero, New Haven, Yale University Press, 2007.

4 Cf. sur ce point Nelson J. Moe, The View from Vesuvius. Italian Culture and the Southern Question, Berkeley, University of California Press, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Delpu, « Elena BACCHIN, Italofilia. Opinione pubblica britannica e Risorgimento italiano 1847-1864 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 224-225.

Référence électronique

Pierre-Marie Delpu, « Elena BACCHIN, Italofilia. Opinione pubblica britannica e Risorgimento italiano 1847-1864 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4970

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Delpu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page