Navigation – Plan du site
Varia

Indésirables en métropole, utiles en Algérie ? Les réfugiés politiques étrangers et la colonisation (1830-1852)

Undesirable in Mainland France and Useful in Algeria? Foreign Political Refugees and the Process of Colonization (1830-1852)
Unerwünscht in der Metropole, nützlich in Algerien ? Ausländische politische Flüchtlinge und die Kolonisierung (1830-1852) 
Delphine Diaz
p. 187-204

Résumés

Après juillet 1830, la France fait office de terre d’accueil pour des exilés politiques venus de toute l’Europe, dont une partie seulement obtient du ministère de l’Intérieur le statut d’« étrangers réfugiés ». De manière concomitante, le pays s’engage au nord de l’Afrique dans une entreprise de colonisation qui se poursuit non sans heurts après la prise d’Alger. Cette étude se propose d’envisager la politique d’envoi des réfugiés étrangers vers la nouvelle colonie entre le début de la monarchie de Juillet et la fin de la Seconde République, en s’intéressant tout particulièrement aux étrangers qui ont participé au processus de colonisation civile. Ces étrangers, considérés par le gouvernement comme un fardeau pour les finances publiques en raison des subsides qui leur étaient versés, ont d’abord été perçus comme de bons candidats au départ vers l’Algérie, avant d’être peu à peu marginalisés par les autorités qui ont souhaité davantage privilégier une émigration française vers la nouvelle colonie à partir de la fin de la monarchie de Juillet et de manière plus nette encore au début de la Seconde République. Les pétitions de réfugiés installés en Algérie, ainsi que les fonds administratifs des Archives nationales d’outre-mer, permettent d’appréhender de manière quantitative et qualitative la population des étrangers secourus à Alger, en brossant le tableau de leurs conditions de vie en milieu colonial. Ces sources montrent enfin combien le séjour en Algérie a pu être assimilé à une seconde proscription par les réfugiés, dont les efforts pour rentrer en métropole ont été systématiquement découragés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’envoi de réfugiés vers l’Algérie : un moyen d’encourager l’entreprise de colonisation ?
Les résultats démographiques d’une politique tâtonnante
Du pays de cocagne à l’enfer algérien : les réfugiés européens en situation coloniale
Un impossible retour en métropole ?

Aperçu du début du texte

Si la France de la Restauration avait fait office de terre d’accueil pour les exilés venus d’Europe méridionale, la Révolution de juillet 1830 suscite l’afflux d’opposants politiques issus de l’ensemble du continent : péninsules ibérique et italienne, partie russe de la Pologne, et dans une moindre mesure, États allemands. Parmi ces exilés européens venus en France, nombreux sont ceux qui se voient reconnus comme « réfugiés » par la monarchie orléaniste, bénéficiant de secours versés par le ministère de l’Intérieur. La catégorie même de « l’étranger réfugié », alors en cours de constitution, tend à s’adosser sur trois critères de définition essentiels : la nature authentiquement politique de la migration, le fait que l’étranger en question ait rompu tout lien avec son pays d’origine, enfin la nécessité pour lui de s’appuyer sur l’assistance financière du pays d’accueil. Autant d’éléments qui se retrouveront dans les débats suscités par la première loi française relative aux « étrang...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, « Indésirables en métropole, utiles en Algérie ? Les réfugiés politiques étrangers et la colonisation (1830-1852) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 187-204.

Référence électronique

Delphine Diaz, « Indésirables en métropole, utiles en Algérie ? Les réfugiés politiques étrangers et la colonisation (1830-1852) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4939 ; DOI : 10.4000/rh19.4939

Haut de page

Auteur

Delphine Diaz

Delphine Diaz est maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CERHiC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page