Navigation – Plan du site
Varia

Mobilités d’entrepreneurs et circulations des techniques : les chantiers portuaires de Dussaud frères d’un rivage à l’autre (1848‑1869)

Entrepreneurial Mobilities and Circulations of Techniques: Dussaud frères’ Port Construction Sites from One Shore to Another (1848-1869)
Mobilität von Unternehmern und Verbreitung von Techniken: die Hafenbauten der Dussaud Brüder und deren Verbreitung von einer Küste zur anderen (1848-1869)
Fabien Bartolotti
p. 171-185

Résumés

Influencée par le dynamisme des études transméditerranéennes, cette contribution à l’histoire des chemins de l’innovation se fonde sur un cas de mobilité entrepreneuriale au sein des travaux publics maritimes. Depuis les côtes provençales jusqu’à l’embouchure du canal de Suez en passant par les rivages de l’Algérie puis de la Manche, l’exploration suit le parcours d’une société familiale spécialisée dans la fourniture de matériaux, la fondation de jetées et le creusement de bassins. L’introduction inédite de procédés chimiques, mécaniques et électriques conjuguée à la rationalisation croissante des opérations reflètent l’effervescence d’un secteur en pleine mutation au milieu du XIXe siècle. Aussi les réalisations de Dussaud frères invitent-elles à éclairer les logiques unissant déplacements patronaux, circulations de savoir-faire et expérimentations, tout en interrogeant les interactions entre les acteurs du génie civil ainsi que la diffusion informationnelle des nouveautés. Dans le contexte du percement de l’isthme de Suez, le propos suggère, en outre, de replacer les accomplissements techniques des chantiers égyptiens dans un ensemble plus vaste où les échanges entre Marseille et Alger jouent un rôle moteur.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article se fonde sur le mémoire lauréat du Prix d’histoire du XIXe siècle 2014 : Fabien Bartolotti, De Marseille au canal de Suez. L’ascension d’une entreprise de travaux publics maritimes : Dussaud frères (18451869), Mémoire de master 2 d’histoire sous la direction de Xavier Daumalin, Aix-Marseille université, 2013, 245 f°. Toute ma gratitude est acquise à M. Xavier Daumalin ainsi qu’aux membres du jury de soutenance, MM. Gilbert Buti et Olivier Raveux. J’exprime également mon entière reconnaissance au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris I/Paris IV) et à la Revue d’histoire du XIXe siècle qui ont favorablement accueilli mes travaux.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le parcours des entrepreneurs, un vecteur d’exportations techniques
L’élargissement du savoir-faire familial, entre mobilités et ancrages
Les relais des ingénieurs : usage et diffusion des procédés
De la mobilité des innovations à l’innovation par les mobilités
Adaptation et enrichissement des techniques exportées
Le rôle des interactions et des échecs
S’afficher et faire connaître. La diffusion promotionnelle et professionnelle des nouveautés
Les circuits d’une campagne publicitaire
Vers une uniformisation des méthodes de construction

Aperçu du début du texte

Parmi les recherches qui, en France, ont renouvelé les questionnements programmatiques de Lucien Febvre sur l’histoire des techniques, celles issues du spatial turn ou de l’histoire globale ont été particulièrement significatives. Soucieuses d’appréhender les phénomènes dans la longue durée de manière pluridisciplinaire ; animées par des approches réticulaires, multiscalaires et comparatives, elles ont interrogé les chemins de l’innovation au prisme des mobilités humaines, des échanges économiques voire des transferts culturels. La multiplication des études de cas a ainsi révélé la marche non linéaire des progrès, sous l’effet d’interactions complexes entre une diversité d’acteurs. Il s’ensuit l’impossibilité de saisir l’élaboration des savoir-faire indépendamment des réalités mouvantes qui les sous-tendent. Le constat a une résonance singulière dans les travaux publics où l’itinérance de site en site, au gré des adjudications, est consubstantielle à toute forme d’activité. Depuis l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Bartolotti, « Mobilités d’entrepreneurs et circulations des techniques : les chantiers portuaires de Dussaud frères d’un rivage à l’autre (1848‑1869) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 171-185.

Référence électronique

Fabien Bartolotti, « Mobilités d’entrepreneurs et circulations des techniques : les chantiers portuaires de Dussaud frères d’un rivage à l’autre (1848‑1869) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/4937 ; DOI : 10.4000/rh19.4937

Haut de page

Auteur

Fabien Bartolotti

Fabien Bartolotti, lauréat du Prix de master en histoire du XIXe siècle, 2013

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page