Navigation – Plan du site
Dossier

Migrant-e-s entre deux empires. Journaliers agricoles espagnols à Cuba et en Algérie dans les années 1880-1890

Migrants between two Empires. Spanish Day Labourers in Cuba and Algeria in the 1880s and 1890s
MigrantInnen zwischen zwei Reichen. Spanische Tagelöhner in Kuba und Algerien in den 1880er und 1890er Jahren
Jeanne Moisand
p. 89-106

Résumés

L’émigration espagnole devient massive après les années 1880 et s’oriente essentiellement vers des territoires liés à l’ancien empire. A l’inverse d’autres flux migratoires européens, la majorité des sorties s’oriente vers des territoires encore coloniaux, et tout particulièrement vers la Cuba espagnole et vers l’Algérie désormais française. Cet article compare ces deux derniers flux en s’interrogeant sur ce qu’ils révèlent du rapport des classes populaires espagnoles à la colonisation pendant cette « ère des empires ». A Cuba, autorités et planteurs appellent les journaliers de métropole à « fidéliser » l’île et à surmonter le déficit de main d’œuvre qui fait suite à l’abolition de l’esclavage (1886). En Algérie en revanche, les arrivées de saisonniers espagnols, particulièrement massives dans l’Oranais, sont loin d’être encouragées par les autorités. En reprenant deux bibliographies qui s’ignorent et en comparant quelques lieux précis d’installation des travailleurs agricoles, cet article relativise les différences entre Cuba et l’Algérie, et montre comment les migrants espagnols pauvres se placent dans chaque territoire sur les lignes de faille des sociétés coloniales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Politiques et flux migratoires croisés
Des formes de recrutement comparables
Sur le front militaire de la colonisation
Les Espagnol-e-s face aux travailleurs agricoles locaux

Aperçu du début du texte

En juin 1881, des dizaines de travailleurs agricoles espagnols furent tués par des insurgés musulmans près de Saida, dans le Sud-Oranais. L’événement occupa durablement les premières colonnes de la presse espagnole : des discours indignés s’en prirent d’abord aux violences infligées à des compatriotes, puis aux conditions de travail très dures de ces journaliers, et enfin à l’apathie des autorités françaises et espagnoles. Lors de ce débat, l’émigration accéda au rang de problème national en Espagne. Les élites étatiques et intellectuelles évoquèrent les pertes que les migrations vers l’Algérie, l’Argentine ou le Brésil faisaient subir à la patrie. Elles dénoncèrent les mauvais traitements subis selon elles par les migrants, et proposèrent de les canaliser vers les colonies espagnoles, en particulier vers Cuba, où plusieurs programmes de colonisation agricole et militaire voyaient le jour. En Algérie, les événements de Saida ne changèrent pas grand-chose à l’accueil peu amène fait a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Moisand, « Migrant-e-s entre deux empires. Journaliers agricoles espagnols à Cuba et en Algérie dans les années 1880-1890 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 89-106.

Référence électronique

Jeanne Moisand, « Migrant-e-s entre deux empires. Journaliers agricoles espagnols à Cuba et en Algérie dans les années 1880-1890 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/4925 ; DOI : 10.4000/rh19.4925

Haut de page

Auteur

Jeanne Moisand

Jeanne Moisand est maîtresse de conférences à l’Université Paris 1 (Centre d’histoire du XIXe siècle)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page