Navigation – Plan du site
Dossier

Enjeux des politiques de nationalité dans le contexte de migrations post-impériales : le cas de l’Argentine, 1853-1931

Nationality Policy in the Context of Post-imperial Migration: the Case of Argentina, 1853-1931
Nationalitätenpolitik im Kontext postimperialer Migration: der Fall Argentinien, 1853-1931
Pilar González Bernaldo de Quirós
p. 71-87

Résumés

Fondé sur l’analyse d’un corpus législatif et juridique, cette étude est destinée à mettre en évidence les enjeux de la politique de nationalité au XIXe siècle. Figure juridique, la nationalité constitue également un instrument politique de régulation des mobilités, dont les différents États n’ont pas hésité à faire usage au moment des migrations de masses. Nous abordons cette question à partir du cas argentin, en faisant l’hypothèse que les politiques de nationalité, domaine de compétence exclusive de l’État souverain, répondent à des enjeux internationaux qui s’inscrivent dans une logique post-impériale où le plus global peut s’articuler avec le plus local. La fourchette chronologique choisie correspond à celle qui va de la promulgation de la Constitution de 1853 et l’introduction du principe de jus soli lors de son amendement en 1860 jusqu’à la promulgation du décret d’application de la loi de nationalité en 1931.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Peupler la nation en perpétuant une figure juridique impériale
La loi de nationalité de 1869 : enjeux locaux, desseins globaux
Double visée souverainiste de la politique de nationalité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les échanges transatlantiques ont joué un rôle important aussi bien dans la consolidation des empires que dans leur crise, et c’est également au sein de ces échanges qu’ont émergé les nouvelles nations comme États souverains de droit international. Pourtant l’histoire politique, comme d’ailleurs l’histoire des migrations atlantiques, ont eu tendance à penser ces questions dans le cadre que les historiographies nationales avaient bâti au long du XIXe siècle, tant pour analyser l’émergence des nouvelles nations que pour expliquer les mouvements massifs de populations européennes vers le « Nouveau Monde ». De sorte qu’une brèche herméneutique vint dissocier l’histoire des Empires de celle des Nations, de la même manière que l’on a dissocié celle des mobilités dans l’espace impérial de celle des migrations de masse. Or nous le savons, les indépendances ne mettent fin ni aux flux des migrations libres au sein du territoire de l’ex-empire ni aux transferts de main d’œuvre esclave. Bien au...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pilar González Bernaldo de Quirós, « Enjeux des politiques de nationalité dans le contexte de migrations post-impériales : le cas de l’Argentine, 1853-1931 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 71-87.

Référence électronique

Pilar González Bernaldo de Quirós, « Enjeux des politiques de nationalité dans le contexte de migrations post-impériales : le cas de l’Argentine, 1853-1931 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4922 ; DOI : 10.4000/rh19.4922

Haut de page

Auteur

Pilar González Bernaldo de Quirós

Pilar González Bernaldo de Quirós est Professeur d’histoire et de civilisation de l’Amérique latine à l’Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page