Navigation – Plan du site
Dossier

Par-delà l’horizon : émigration encadrée des insulaires de Madère au XIXe siècle

Beyond the Horizon: Regulated Emigration of Madeiran Islanders in the 19th century
Hinter dem Horizont: Gesteuerte Auswanderung aus Madeira im 19. Jahrhundert
Nelly de Freitas
p. 35-51

Résumés

Cet article entend montrer l’influence croissante des empires britanniques et américains sur l’archipel de Madère ainsi que la permanence des liens dans l’Atlantique lusophone en comparant l’émigration des Madériens vers les Antilles, les États-Unis, Hawaï et le Brésil à partir du milieu du XIXe siècle. Il s’appuie sur des matériaux de recherche originaux pour ce qui a trait au Brésil et compile l’historiographie existante sur les autres domaines d’émigration madérienne. Situé à une position charnière sur les routes maritimes de l’Atlantique, l’archipel portugais de Madère maintient depuis le début de sa colonisation des liens étroits tant avec le monde lusophone qu’avec le monde extérieur. Ces liens s’expliquent notamment par des flux migratoires constants répondant au contexte interne défavorable, aux opportunités extérieures comme à une culture de la mobilité présente chez ce peuple insulaire. Au XIXe siècle, l’émigration s’intensifie à mesure que les différentes puissances coloniales et impériales interdisent l’esclavage et qu’un besoin grandissant de main d’œuvre se fait sentir de l’autre côté de l’Atlantique, notamment dans les régions dominées par l’économie de plantation (sucre et café).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

De la vigne de Madère à la canne à sucre des Antilles
La communauté madérienne aux États-Unis et à Hawaï
L’appel de « l’or vert » brésilien

Aperçu du début du texte

« [P]hénomène marquant de l’histoire économique et sociale et du quotidien de nombreuses îles », les migrations ont tout autant façonné celle de l’archipel portugais de Madère. Situé à une position charnière, sur les routes maritimes de l’Afrique occidentale et australe, de l’Orient, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud, à plus de 900 km de Lisbonne et à moins de 800 km des côtes africaines, il est le premier territoire de l’Atlantique occupé par les Portugais au xve siècle, rapidement devenu un point d’appui à la présence portugaise et espagnole sur la côte africaine. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, l’émigration madérienne répond aux attentes de la couronne portugaise qui s’appuie sur une politique de peuplement pour étendre son empire.

Au XIXe siècle, la gestion de l’émigration devient un véritable casse-tête pour les autorités portugaises qui cherchent à orienter le flux pour peupler ses territoires d’Afrique, tout comme à le contrôler pour préserver la conscription – o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly de Freitas, « Par-delà l’horizon : émigration encadrée des insulaires de Madère au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 35-51.

Référence électronique

Nelly de Freitas, « Par-delà l’horizon : émigration encadrée des insulaires de Madère au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4920 ; DOI : 10.4000/rh19.4920

Haut de page

Auteur

Nelly de Freitas

Nelly de Freitas est post-doctorante à Pontifícia Universidade Católica de São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page