Navigation – Plan du site
Dossier

Exils et circulations des idées politiques entre Amérique hispanique et Espagne après les indépendances (1820-1836)

Exile and Circulation of Political Ideas between Spain and Spanish America after Independence (1820-1836)
Exil und politischer Ideentransfer zwischen Spanien und den spanischsprachigen Staaten Südamerikas nach deren Unabhängigkeit (1820-1836)
Juan Luis Simal
p. 35-51

Résumés

Cet article étudie l’exil libéral espagnol qui débuta après la restauration de Ferdinand VII comme monarque absolu en 1823. Il s’attache aux exilés qui se rendirent sur le continent américain et aux contacts qu’ils purent maintenir avec des Hispano-Américains dans d’autres lieux d’émigration, plus particulièrement en Angleterre. L’article réévalue la continuité de ces contacts et des relations politiques entre les deux rives de l’Atlantique hispanique. Il montre comment l’exil contribua à la circulation, à travers l’ensemble du monde hispanique, d’idées et d’expériences propres à d’autres espaces, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la France, favorisant les échanges triangulaires entre l’Espagne, l’Amérique Latine et les lieux d’accueil des exilés. Dans les États héritiers de la monarchie hispanique – le Royaume d’Espagne en Europe et les républiques en Amérique – les exilés espagnols furent les protagonistes de développements politiques croisés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Traverser l’Atlantique : exilés espagnols aux États-Unis et en Amérique Latine
Collaboration insurrectionnelle dans le monde hispanique post-impérial
Exilés et échanges culturels hispano-espagnols
L’Amérique Latine, la république et l’exil

Aperçu du début du texte

En 1820, un groupe d’officiers libéraux souleva les troupes cantonnées au sud-ouest de l’Espagne et prêtes à embarquer vers les Amériques, en une ultime tentative destinée à récupérer des colonies où la rébellion durait depuis dix ans déjà. C’est ainsi que débuta ce qu’on appelle le Triennat Libéral, au cours duquel la Constitution de 1812 fut restaurée. Le régime libéral parvint à se maintenir jusqu’à ce qu’en 1823, les puissances de la Sainte Alliance chargent la France de rétablir Ferdinand VII dans ses pleins pouvoirs de monarque. Immédiatement après commença un exil massif au cours duquel des milliers de libéraux s’éparpillèrent à travers l’Europe et, dans une moindre mesure, en Amérique.

Cet article analyse le parcours de ces exilés espagnols sur le continent américain et les contacts qu’ils établirent avec les représentants des nouvelles nations hispano-américaines dans d’autres zones d’émigration (principalement à Londres). L’émancipation des territoires américains ancienneme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Luis Simal, « Exils et circulations des idées politiques entre Amérique hispanique et Espagne après les indépendances (1820-1836) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 35-51.

Référence électronique

Juan Luis Simal, « Exils et circulations des idées politiques entre Amérique hispanique et Espagne après les indépendances (1820-1836) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4918 ; DOI : 10.4000/rh19.4918

Haut de page

Auteur

Juan Luis Simal

Profesor ayudante doctor à l’Universidad Autónoma de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page