Navigation – Plan du site
Varia

La revue Minerva Brasiliense (1843-1845) et la fondation des Letras Pátrias au Brésil

The review Minerva Brasiliense (1843-1845) and the foundation of the Letras Pátrias in Brazil
Sébastien Rozeaux, Die Zeitschrift Minerva Brasiliense (1843-1845) Letras Pátrias in Brasilien
Sébastien Rozeaux
p. 181-197

Résumés

Après les années troubles de la Régence (1831-1840), le projet de création des Letras Pátrias [lettres de la patrie] s’impose comme un élément désormais incontournable dans le processus de construction nationale mis en œuvre depuis l’indépendance du Brésil en 1822. Par la qualité de ses contributions et la renommée de ses collaborateurs, la revue Minerva Brasiliense (1843-1845) incarne l’essor des Letras Pátrias depuis Rio de Janeiro, la capitale de l’Empire. Les hommes de lettres qui président à la fondation de cette revue investissent l’espace public pour promouvoir les vertus de l’Empire constitutionnel et défendre une conception patriotique de la création littéraire. Malgré de grandes ambitions, la revue cesse brusquement de paraître en 1845, après deux années d’existence. Si la Minerva Brasiliense peut se prévaloir d’une certaine postérité au Brésil, la relative brièveté de son existence et sa diffusion restreinte reflètent les fragilités de son modèle éditorial et les limites propres à une conception très élitiste des Letras Pátrias, caractéristique d’une première époque de formation de la littérature nationale au Brésil.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Conditions de production et de circulation d’une revue autonome
Une revue engagée dans la défense de l’Empire constitutionnel libéral
Les Letras Pátrias et la définition de la nation brésilienne
Les ressorts multiples d’un échec éditorial

Aperçu du début du texte

En 1822, l’indépendance du Brésil marque le point de départ de l’entreprise de fondation et de légitimation de l’État impérial et de la nation qu’il incarne. Bien qu’ayant à son crédit d’avoir proclamé l’indépendance et octroyé la constitution du Brésil en 1824, dom Pedro I est contraint de quitter le pays en 1831, laissant là son fils de cinq ans, désigné comme prince héritier. La Régence (1831-1840) est marquée par l’affrontement entre les partisans d’un empire fortement centralisé et les défenseurs d’une plus grande autonomie des provinces. L’incapacité de ces derniers à endiguer les mouvements d’insurrection qui se multiplient alors dans le pays précipite le retour au pouvoir des partisans d’une réaction centralisatrice : le tournant conservateur de 1837 trouve un précieux soutien auprès des élites éclairées qui entendent jouer un rôle majeur dans la consolidation de l’appareil impérial et la construction de la nation brésilienne. Afin de légitimer le renforcement de l’appareil ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Rozeaux, « La revue Minerva Brasiliense (1843-1845) et la fondation des Letras Pátrias au Brésil », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 181-197.

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « La revue Minerva Brasiliense (1843-1845) et la fondation des Letras Pátrias au Brésil », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4832 ; DOI : 10.4000/rh19.4832

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Sébastien Rozeaux est membre post-doctorant de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid) et chercheur associé à l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion
– UMR 8529 – CNRS – Université de Lille 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page