Navigation – Plan du site
Varia

Grossesses ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle

Ignored Pregnancies and Infanticide. Medical Knowledge and Judicial Decisions (France 19th century)
Ignorierte Schwangerschaften und Kindesmord. Medizinisches Wissen und gerichtliche Entscheidungen im 19. Jahrhundert
Silvia Chiletti
p. 165-179

Résumés

Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, en France, la grossesse est un des objets de réflexion privilégiés de la médecine légale. À partir de cette époque, cette nouvelle discipline – où l’on voit souvent émerger des nouvelles questions et des nouveaux objets de questionnement, étrangers aux réflexions des autres branches médicales – devient un lieu de production et de circulation intense des savoirs sur cet état féminin. Une question surgit à ce moment, dans le cadre de la réflexion des médecins légistes sur le crime d’infanticide : est-il possible qu’une femme ait pu ignorer sa propre grossesse ? L’article explore comment la question se pose au carrefour de plusieurs disciplines, dont l’obstétrique, la médecine légale et la psychiatrie. Cependant un point obscur demeure : cela doit-il être considéré d’un point de vue médical ou juridique ?

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une recherche post-doctorale menée dans le cadre de la Bourse Fernand Braudel – IFER, COFUND Fondation Maison des sciences de l’homme – Union européenne, réalisée au Centre Alexandre-Koyré – Histoire des sciences et des techniques (UMR 8560). Je remercie les collègues du Centre Alexandre-Koyré et ceux avec qui j’ai eu l’opportunité de discuter de ce travail, notamment Francesca Arena, Emmanuelle Berthiaud, Jacqueline Carroy, Jean-Christophe Coffin, Nicole Edelman et Aude Fauvel.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

De l’incertitude
Le juge ou le médecin ?
L’ignorance : un « objet » scientifique
Le tribunal : un lieu de circulation des savoirs sur la grossesse

Aperçu du début du texte

Est-il possible qu’une femme ignore sa grossesse tout au long de la période de sa gestation ? Cette question semble aller à l’encontre du sens commun, tant la grossesse est un événement marquant : le corps de la femme grossit et ses sensations sont encombrées par les signes physiques de la présence du nouvel être dans son ventre ; l’accouchement s’impose toujours comme un fait bouleversant, en particulier avec la douleur parfois traumatisante qui l’accompagne. Dans le débat actuel, on parle fréquemment de « déni de grossesse », catégorie incertaine de la nosographie psychiatrique qui désigne soit le symptôme psychique d’un état psychopathologique, soit un trouble de type psychosomatique. Force est de constater, néanmoins, que la question de l’ignorance de la grossesse ne se pose pas que dans la clinique et le savoir psychologique d’aujourd’hui. Au début du XIXe siècle, en France, ce sont des médecins légistes qui, dans les premiers grands traités d’une discipline en pleine phase d’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Chiletti, « Grossesses ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 165-179.

Référence électronique

Silvia Chiletti, « Grossesses ignorées au prisme de l’infanticide. Savoirs médicaux et décisions de justice au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/4830 ; DOI : 10.4000/rh19.4830

Haut de page

Auteur

Silvia Chiletti

Silvia Chiletti est chercheuse post-doctorante au Centre Alexandre-Koyré, UMR 8560 CNRS-EHESS-MNHN

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page