Navigation – Plan du site
Varia

Louis Marie Bosredon et l’entrée dans le « suffrage universel ». Sociogenèse d’une lithographie en 1848

Louis Marie Bosredon and getting into “universal suffrage”. The social genesis of a lithograph in 1848
Louis Marie Bosredon und der Eintritt in das Allgemeine Wahlrecht. Soziogenese einer Lithographie von 1848.
Olivier Ihl
p. 139-163

Résumés

Comment restituer l’intention qui a présidé à la composition de la célèbre lithographie de Louis Marie Bosredon sur L’urne ou le fusil en 1848 ? Cet article en a fait un domaine d’enquête. Éclairer le lien qui attache l’image aux aspirations de cet artiste socialiste et au delà d’une partie du monde ouvrier parisien, c’est revenir sur les premiers pas du « suffrage universel ». Non pas renouer avec un contexte général ou un débat intellectuel mais dégager sa raison graphique. L’histoire matérielle permet de retrouver les circonstances et dépendances dans lesquelles cette image a pu être prise. Référents visuels, environnement familial et professionnel, trajectoire éditoriale : cette estampe révèle alors sa dimension première, celle d’un objet visuel destiné à promouvoir la « république démocratique et sociale ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le labyrinthe de l’interprétation
Un homme du peuple
Les sarcasmes d’un rapin
Une estocade graphique
Prendre les armes
L’urne ou le fusil ?
Une empreinte napoléonienne

Aperçu du début du texte

L’image est devenue emblématique. Un ouvrier, poitrine découverte, délaisse d’une main son fusil pour déposer, de l’autre, un bulletin de vote dans l’urne du « suffrage universel ». La scène tient même lieu d’« icône incontournable ». Manuels scolaires, catalogues d’exposition, articles de presse, ouvrages spécialisés : tous célèbrent sa dimension allégorique. Comme pour en faire un contrepoint à la fameuse déclaration à la salle Saint-Jean au soir du 24 février. Là, au milieu des sabres et des baïonnettes, Lamartine avait encensé « la volonté souveraine » de « 36 millions d’âmes ». Une intervention qui aurait empêché in extremis l’Hôtel de Ville d’être envahi. La mythologie du nouveau régime était fondée. Et avec elle, une opposition aussi structurante que celle entre droite et gauche léguée par la Révolution française. Le vote contre l’insurrection. L’urne contre le fusil.

Reste à savoir si l’intention à laquelle cette image est indexée – consacrer l’avènement de la démocratie élec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ihl, « Louis Marie Bosredon et l’entrée dans le « suffrage universel ». Sociogenèse d’une lithographie en 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 139-163.

Référence électronique

Olivier Ihl, « Louis Marie Bosredon et l’entrée dans le « suffrage universel ». Sociogenèse d’une lithographie en 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4829 ; DOI : 10.4000/rh19.4829

Haut de page

Auteur

Olivier Ihl

Olivier Ihl est professeur de science politique à l’IEP de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page