Navigation – Plan du site

Citoyens policiers ? Pratiques et imaginaires civiques de la sécurité publique dans la France du second XIXe siècle

Citizen-policemen? Civic imaginaries and practices of public security in France during the second half of 19th century
Bürger-Polizei? Staatsbürgerliche Praktiken und Vorstellungen von öffentlicher Sicherheit in Frankreich in der zweiten Hälfte des 19. Jahrhunderts
Arnaud-Dominique Houte
p. 99-116

Résumés

Dans la France de la seconde moitié du XIXe siècle, la disparition de la garde nationale et la montée en puissance des forces de l’ordre professionnelles donnent l’impression que la police est devenue une affaire de spécialistes. Les habitants des villes et des campagnes continuent cependant à lui apporter leur indispensable concours, comme le confirment tant l’analyse des archives administratives et judiciaires que la lecture des représentations médiatiques. Mêlant l’étude des actes et des discours, cet article cherche à prendre la mesure de ces pratiques informelles de collaboration et à interroger plus globalement les transformations de l’imaginaire ambivalent du « citoyen-policier ». Héritée des modèles civiques républicains, cette figure retrouve vie dans le contexte de la crise sécuritaire de la fin du siècle, mais elle est de plus en plus contestée et disqualifiée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« Adieu l’ennui » : les passions policières
Entre délation et civisme
De la communauté vigilante à la foule criminelle
Crise sécuritaire et mobilisation sociale

Aperçu du début du texte

La scène se déroule peu avant 1914, dans un quartier calme de la capitale, à l’angle de la rue Rodier et de l’avenue Trudaine : deux jeunes gens aux allures d’apaches remontent le trottoir en bousculant les passants. Après avoir renversé l’étal d’un libraire, ils s’en prennent à un Juif, puis chapardent une brioche. « Personne dans la rue n’avait fait mine de s’apercevoir de rien. Les gens qui allaient à leur travail continuaient à descendre ; un bistrot continuait à frotter le marbre d’une table qu’il avait poussée au bord du ruisseau ». Les voyous poursuivent leur chemin en se jetant des pommes de terre à la figure : « des passants en reçoivent, par ricochet, mais ne disent rien. Même un ou deux affectent de sourire, d’un air lâche ». Et le narrateur de s’étonner : « Moi je pensais : c’est tout de même drôle que ça puisse se passer en plein jour. Où sont les agents ? ».

Par cette description de l’indifférence coupable des badauds, par cette recherche spontanée du policier absent, c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud-Dominique Houte, « Citoyens policiers ? Pratiques et imaginaires civiques de la sécurité publique dans la France du second XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 99-116.

Référence électronique

Arnaud-Dominique Houte, « Citoyens policiers ? Pratiques et imaginaires civiques de la sécurité publique dans la France du second XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4825 ; DOI : 10.4000/rh19.4825

Haut de page

Auteur

Arnaud-Dominique Houte

Arnaud-Dominique Houte est maître de conférences à Paris-Sorbonne et membre du Centre de Recherche en Histoire du XIXe siècle (Paris I–Paris IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page