Navigation – Plan du site

Police et société dans l’Allemagne impériale : la chasse au criminel dans la métropole berlinoise

Police and society in imperial Germany: Hunting down criminals in Berlin metropolis
Polizei und Gesellschaft im deutschen Kaiserreich: Die Jagd auf Kriminelle in Berlin
Philipp Müller
Traduction de Nicolas Le Moigne
p. 79-97

Résumés

Au milieu des années 1880, le département des enquêtes criminelles de Berlin a commencé à fournir aux principaux journaux de la ville des communiqués de presse relatifs à des enquêtes de police en cours. Le public était ainsi invité à coopérer avec les autorités afin de résoudre les affaires criminelles et d’appréhender leurs auteurs. Cet article étudie la nouvelle coopération institutionnelle qui s’est établie entre la police prussienne et la presse quotidienne en plein essor, et plus particulièrement la dynamique publique qui en a résulté. Il soutient que, pour les gens ordinaires, la scène criminelle qui se jouait alors à Berlin a fourni des opportunités nouvelles de participation au débat public sur des questions sociales, notamment celle du crime. Cependant, cet engagement public nouveau ne fut généralement pas bien accueilli. L’analyse des « causes célèbres » à demi officielles conduit ainsi au cœur de la crise politique de l’Allemagne impériale et à ses défis.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’article a été traduit par Nicolas Le Moigne. Je remercie par ailleurs le comité éditorial et les rapporteurs pour leurs remarques et leurs conseils.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Médiatisation du crime et politique de communication policière
Les communiqués de police : les mutations des années 1880
Les enquêtes criminelles dans une métropole : les « sensations » semi-officielles
L’engagement du public : un opportunisme obstiné
La discipline du commentaire : observations social-hygiénistes sur le « sensationnel »

Aperçu du début du texte

Le 15 juin 1904, deux écoliers berlinois retrouvent, à proximité du pont de Beussel sur le canal de Spandau, la tête et les bras d’un enfant. Le lendemain, le Berliner Lokal-Anzeiger rapporte que « les deux enfants ont immédiatement pensé que leur trouvaille avait peut-être à voir avec le meurtre de Lucie Berlin ». Leur découverte donne lieu, en tout cas, à un reportage précis et circonstancié ; quatre jours auparavant, le tronc de la jeune fille disparue avait déjà été retrouvé et évoqué dans un article du journal concurrent, le Berliner Morgenpost, qui l’avait fait afficher à divers endroits de la ville. La découverte des morceaux manquants du cadavre ne se fait pas attendre, à mesure que l’esprit public s’échauffe au sujet de l’affaire. Le 17 juin, un employé d’une entreprise de charbon a « tout de suite des soupçons » lorsqu’il voit près du canal « un objet emballé dans un tissu rouge et ficelé avec des fils de laine » – des passants retrouvent finalement, le même jour, les memb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philipp Müller, « Police et société dans l’Allemagne impériale : la chasse au criminel dans la métropole berlinoise », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 79-97.

Référence électronique

Philipp Müller, « Police et société dans l’Allemagne impériale : la chasse au criminel dans la métropole berlinoise », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4822 ; DOI : 10.4000/rh19.4822

Haut de page

Auteur

Philipp Müller

Philipp Müller est enseignant-chercheur à la Georg-August Universität de Göttingen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page