Navigation – Plan du site

L’Empire, c’est la sécurité. Offre et demande de sécurité en régime bonapartiste

Empire is security. Supply and demand of security in bonapartist regimes
Das Empire ist Sicherheit. Angebot und Nachfrage an Sicherheit im bonapartistischen Regime
Quentin Deluermoz et Aurélien Lignereux
p. 57-78

Résumés

Cet article entend revenir sur les deux régimes réputés les plus policiers du siècle, le Premier et le Second Empire, en s’attachant non seulement aux politiques venues de l’État central, mais aussi aux impulsions émanant du corps social. Si chacune de ces périodes voit un accroissement des forces de l’ordre et un même corps de justification sécuritaire vis-à-vis des criminels et des opposants, il apparaît que ces régimes doivent aussi s’adapter aux attentes contradictoires de sociétés en mouvement. L’enquête rappelle ce faisant que les régimes politiques pèsent sur les « styles policiers » tout en soulignant la spécificité des dynamiques socio-culturelles concernant les questions de police et de sécurité. Dès lors les deux séquences impériales deviennent un lieu d’observation idéal pour interroger dans leurs richesses et leurs contradictions certaines des grandes inflexions du XIXe siècle dans son rapport à l’ordre et à la protection des individus.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Quand l’ordre public se fait lui aussi providentiel
Restaurer l’ordre pour en instaurer un autre
1800-1850 : un cycle et ses décalages
Un scénario salvateur en surplomb de l’opinion ?
Crime et sécurité : un thème public entre demande sociale et modulation par l’État
Façonner un problème public
Des empires policiers mal compris par des sociétés plus policées
Un style policier impérial ?
Des régimes victimes de leur ombre policière

Aperçu du début du texte

L’Empire, c’est la sécurité, aurait pu dire Napoléon. Le personnage n’en est pas à un propos apocryphe près, et la notoriété du discours de son neveu à Bordeaux, le 9 octobre 1852, autorise bien des pastiches. Pour autant, il ne s’agira pas d’enrichir les Bonapartiana et autres recueils de citations ni même de compléter les bréviaires du bonapartisme. C’est davantage à titre de stéréotype digne du Dictionnaire des idées reçues d’hier et d’aujourd’hui que la formule a une valeur opératoire en ce qu’elle conduit à étudier l’accueil réservé à son action en ce domaine : régime fort par excellence, l’Empire ne passe-t-il pas pour avoir mis sa poigne au service de l’ordre social et de la tranquillité publique ? Sans se risquer à soupeser le bien-fondé de pareille réputation, ce qui pousserait à une fallacieuse lecture positiviste des données judiciaires, il importe d’interroger frontalement le sentiment de sécurité ou d’insécurité des contemporains. Sans doute ce terrain est-il tout aussi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Deluermoz et Aurélien Lignereux, « L’Empire, c’est la sécurité. Offre et demande de sécurité en régime bonapartiste », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 57-78.

Référence électronique

Quentin Deluermoz et Aurélien Lignereux, « L’Empire, c’est la sécurité. Offre et demande de sécurité en régime bonapartiste », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4821 ; DOI : 10.4000/rh19.4821

Haut de page

Auteurs

Quentin Deluermoz

Quentin Deluermoz est maître de conférences à l’Université Paris-Nord – Villetaneuse et membre de l’IUF

Articles du même auteur

Aurélien Lignereux

Aurélien Lignereux est maître de conférences à l’IEP de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page