Navigation – Plan du site

La Garde nationale « introuvable ». La formation de l’ordre urbain en situation coloniale (Algérie, 1830-1852)

The “impossible” National Guard. The making of an urban order in colonial context (Algeria, 1830-1852)
Die « unmögliche » Garde nationale. Die Bildung einer städtischen Ordnung im kolonialen Kontext (Algerien, 1830-1852).
Emmanuel Blanchard
p. 39-56

Résumés

Dès la prise d’Alger à l’été 1830, une Garde Nationale a été créée dans les Territoires français du Nord de l’Afrique. Cette institution connut de multiples réformes dans les années suivantes et perdura sous la forme des Milices algériennes, fondée en 1852, jusqu’aux débuts de la IIIe République. Pour l’historien, elle est un véritable observatoire de la formation d’une population européenne traversée par de nombreux clivages sociaux et nationaux et dont certaines composantes étaient à la recherche de critères de hiérarchisation et de distinction. Les discours et pratiques à l’égard des habitants juifs et musulmans des principales villes d’Algérie permettent aussi de mieux documenter comment les considérations de classe et de race s’imbriquaient dans les premières décennies de la période coloniale. Enfin, les résurgences de milices de colons, récurrentes jusque dans les derniers mois de la présence française, offrent l’exemple de continuités importantes dans la culture politique dominante des « Européens d’Algérie ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a bénéficié du soutien financier et des échanges scientifiques du programme SYSPOE (Sytèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles) sélectionné par le programme blanc de l’ANR en 2012 (ANR- 12-BSH3-0004).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Des villes troublées
Re-fonder la milice
Le droit aux armes
Une milice « africaine »

Aperçu du début du texte

L’expédition d’Alger puis la lente et meurtrière annexion de « possessions françaises dans le Nord de l’Afrique » ont donné lieu à de nombreuses analyses sur le rôle des militaires dans un processus de colonisation rurale incertain. Cette insistance sur les campagnes – au sens militaire mais aussi géographique du terme –, ainsi que sur les difficultés à imposer un nouvel ordre dans des territoires aussi vastes que méconnus, minore le fait que la présence française, en particulier civile, fut d’abord concentrée dans les quelques villes d’une bande côtière conquise à partir de la base algéroise (Oran, 1831 ; Bône, 1832 ; Constantine, 1837 ; Philippeville, 1838…). L’ordre colonial à construire et à imposer fut donc d’emblée un ordre urbain, incarné notamment dans des dispositifs de police qui ont jusqu’alors très peu retenu l’attention des historiens. Ainsi, dès le 13 juillet 1830, un des tous premiers arrêtés signés par le général de Bourmont, commandant en chef de l’armée expéditionn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Blanchard, « La Garde nationale « introuvable ». La formation de l’ordre urbain en situation coloniale (Algérie, 1830-1852) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 39-56.

Référence électronique

Emmanuel Blanchard, « La Garde nationale « introuvable ». La formation de l’ordre urbain en situation coloniale (Algérie, 1830-1852) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4819 ; DOI : 10.4000/rh19.4819

Haut de page

Auteur

Emmanuel Blanchard

Emmanuel Blanchard est maître de conférences à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, à l’IEP de Saint-Germain-en-Laye et chercheur au CESDIP (UMR 8183)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page