Navigation – Plan du site

La « bonne police » en France et dans le Royaume de Wurtemberg (XVIIIe-XIXe siècles). Étude d’une appropriation populaire de la loi et de l’ordre public

“Good Policy” in France and in the kingdom of Wurtemberg (18th-19th century). A study of a popular appropriation of law and public order
Die « Gute Policey » in Frankreich und im Königreich Württemberg (18.-19. Jahrhundert). Eine Studie über Aneignung von Recht und öffentlicher Ordnung durch das Volk
Emmanuel Berger et Émilie Delivré
p. 23-38

Résumés

La « bonne police » ou Gute Policey est un thème majeur de l’historiographie de langue allemande. Elle est considérée à la fois comme une administration rationnelle du territoire en vue du « bien-être commun » et comme une autorégulation de l’ordre public. Notre contribution a pour objectif d’analyser les pratiques de « bonne police » à travers deux enjeux majeurs de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du 19e siècle : la possibilité d’interpréter les lois tant par les magistrats que les « laïcs » et l’adhésion populaire qu’elles suscitent. A partir des espaces français et allemands, nous verrons que les processus circulatoires de la « bonne police » sous-tendent des réactions différentes de la part des populations, des demandes locales variées et des réponses parfois contradictoires des autorités centrales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La France révolutionnaire (1790-1799) : un ordre public fondé sur la loi et la souveraineté populaire
Le Royaume de Wurtemberg (1811-1848) : de la Gute Policey à la justice populaire

Aperçu du début du texte

La « bonne police », ou gute Policey, est un thème en vogue dans l’historiographie de langue allemande depuis au moins deux décennies. Considérée comme l’administration rationnelle du territoire en vue du « bien-être commun » (Gemeine Wohlfahrt), elle est également synonyme d’autorégulation de l’ordre public. Les travaux novateurs de plusieurs historiens modernistes, comme André Holenstein, ont affiné le concept en l’inscrivant dans une perspective qui va autant du bas vers le haut que du haut vers le bas, privilégiant finalement une approche circulaire. Trois autres courants ont encore enrichi la problématique de la « bonne police » : l’Implementationsforschung, issue notamment de l’histoire du droit, qui s’intéresse aux stratégies d’implémentation des normes et des lois et des différents moyens administratifs, juridiques ou politiques mis en action, les recherches sur la culture politique populaire, mais aussi la nouvelle histoire politique (Neue Politikgeschichte). Cette dernière...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Berger et Émilie Delivré, « La « bonne police » en France et dans le Royaume de Wurtemberg (XVIIIe-XIXe siècles). Étude d’une appropriation populaire de la loi et de l’ordre public », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 23-38.

Référence électronique

Emmanuel Berger et Émilie Delivré, « La « bonne police » en France et dans le Royaume de Wurtemberg (XVIIIe-XIXe siècles). Étude d’une appropriation populaire de la loi et de l’ordre public », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4816 ; DOI : 10.4000/rh19.4816

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Berger

Emmanuel Berger est chercheur PAI à l’Université de Namur

Émilie Delivré

Émilie Delivré est chercheuse à l’Istituto storico italo-germanico de Trente

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page