Navigation – Plan du site
Lectures

Rachel HOLMES, Eleanor Marx. A Life

London, Bloomsbury, 2014, 508 p. ISBN : 978-0-7475-8384-4. 25 livres sterling.
Fabrice Bensimon
p. 240-241
Référence(s) :

Rachel HOLMES, Eleanor Marx. A Life, London, Bloomsbury, 2014, 508 p. ISBN : 978-0-7475-8384-4. 25 livres sterling.

Texte intégral

1Eleanor naît en 1855, alors que la famille Marx, réfugiée à Londres, traverse des conditions matérielles difficiles, perd quatre enfants en quelques années, et ne vit qu’avec l’aide d’Engels. À travers la correspondance de la plus jeune des trois sœurs Marx, surnommée « Tussy », on entre dans l’intimité d’une famille engagée, cultivée, aimante aussi, où Karl Marx partage avec son épouse l’éducation de leurs filles. Cette biographie est aussi une galerie de portraits : Jenny von Westphalen (1814-1881), d’origine aristocratique mais entièrement acquise au combat socialiste qu’elle partage avec son mari ; leur fille ainée Jenny Marx (1844-1883), qui épouse le Communard français Charles Longuet, réfugié à Londres, et meurt prématurément ; Laura Marx (1845-1911), dont Eleanor est si proche, malgré son éloignement vers la France, où elle partage la vie de Paul Lafargue, rencontré dans la maison familiale alors que celui-ci, membre du Conseil général de l’AIT, rendait visite à son père. Engels est une figure omniprésente, bien qu’il vive de 1850 à 1869 à Manchester, où, pour soutenir les Marx, il travaille pour l’entreprise Ermen and Engels. Celui qu’on surnomme « le Général » quitte alors son travail, déménage à Londres avec sa compagne Lydia Burns alors que Tussy a 14 ans et devient pour elle plus qu’un ami proche, une sorte de deuxième père, en particulier après la mort de Marx. Ce livre permet aussi de mieux appréhender des figures moins connues : Helene « Lenchen » Demuth (1820-1890), gouvernante des Marx de 1845 à 1883, avant de devenir celle d’Engels, très proche de Jenny et des trois filles, socialiste convaincue, et mère de Frederick Demuth (1851-1929). La paternité de « Freddy » Demuth, élevé dans une famille d’adoption, est longtemps restée mystérieuse, Engels étant passé pour être le père ; quand il meurt, en 1895, Laura apprend cependant que Marx était le père de Freddy. Elle se rapproche de lui, sans doute aussi parce que Freddy est un militant ouvrier socialiste, dont elle sollicite le conseil dans ses heures sombres.

2Au-delà de l’entourage familial, le livre évoque des personnalités de l’époque, du monde britannique comme Olive Schreiner, George Bernard Shaw, Havelock Ellis ou May Morris, la fille de William, des socialistes allemands comme August Bebel, Eduard Bernstein, Karl et Louise Kautsky. Enfin, il s’attarde sur les deux hommes qui ont partagé la vie d’Eleanor. D’abord, le Français Prosper-Olivier Lissagaray, avec qui elle entretient une relation pendant la décennie de l’exil londonien de l’ancien Communard, et surtout, le Britannique Edward Aveling (1849-1898) dont elle est la compagne de 1884 à sa mort. Biologiste, militant athée et socialiste, cofondateur de la Socialist League de William Morris, dramaturge et acteur sous le pseudonyme d’Alec Nelson, Aveling ne ressort pas grandi de cette biographie, qui revient longuement sur sa duplicité, sa versatilité, sans parler de sa cupidité et des nombreuses dettes qu’il contracte auprès de ses amis socialistes afin de mener grand train. Le fait qu’Eleanor ait appris, en mars 1898, qu’il s’était secrètement remarié à une jeune actrice semble avoir été la cause décisive de son suicide. Les époux Bernstein l’accusent même de meurtre, mais leur plainte est classée sans suite lors du décès d’Aveling, qui meurt de maladie quatre mois après Eleanor.

3Surtout centrée sur cette destinée personnelle tragique, nourrie de la correspondance d’Eleanor Marx, cette biographie évoque néanmoins son parcours intellectuel et politique. Polyglotte, elle traduit Madame Bovary, des pièces d’Ibsen (en norvégien), des textes politiques de Bernstein (en allemand) et de Plekhanov (en russe), L’histoire de la Commune de 1871 de Lissagaray. Passionnée de théâtre, elle est actrice à ses heures et la co-auteure, avec Israel Zangwill, d’une Maison de poupée réparée (A Doll’s House Repaired, 1891). Intellectuelle engagée, elle joue un rôle clé dans le mouvement socialiste britannique. Formée à l’école familiale, elle ne se contente pas d’aider son père et de s’occuper de ses papiers, en particulier après la mort d’Engels. Elle est l’auteure de nombreux textes politiques, sur les femmes et le socialisme ou sur la classe ouvrière américaine. Alors que, dans les années 1880, le mouvement socialiste britannique s’organise, elle est une des animatrices de la Social Democratic Federation de Henry Hyndman, avec laquelle elle rompt pour former la Socialist League avec William Morris, puis la Bloombsury Socialist Society avec Edward Aveling, avant de retourner à la SDF. Elle est également, dès sa fondation en 1889, une des militantes de l’Internationale ouvrière. Elle participe à des campagnes pour l’autonomie de l’Irlande. Par ailleurs, au tournant des années 1890, alors que les grèves se multiplient, Eleanor joue un rôle de premier plan dans plusieurs d’entre elles à Londres, en 1889 celle des dockers et surtout des ouvriers du gaz, ou encore en 1890 la grève des ouvrières de l’usine chimique Crosse & Blackwell ou celle de la confiserie Barrat’s. Elle devient une des responsables du syndicat des gaziers.

4Militante infatigable, conférencière populaire, personnalité attachante, Eleanor Marx marque fortement tous ceux qui croisent son chemin, à l’instar de l’ouvrier du gaz et futur dirigeant syndical Will Thorne, qui lui sera à jamais reconnaissant de lui avoir appris à lire et à écrire. Même si le rôle d’Eleanor Marx dans le mouvement ouvrier et dans le socialisme britanniques pourra encore être précisé, cette biographie lui restitue une juste place, et il est à espérer qu’elle soit traduite en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Rachel HOLMES, Eleanor Marx. A Life », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 240-241.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Rachel HOLMES, Eleanor Marx. A Life », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4803

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page