Navigation – Plan du site
Lectures

David-Jonathan BENRUBI, La fête s’affiche dans les rues cambrésiennes du XIXe siècle, iconographie, Guillemette Lagarde ; conception graphique, Béatrice Duprez

Cambrai, Médiathèque d’agglomération de Cambrai, 2013, 117 p. ISBN : 978-2-9536238-3-3. 15 euros.
Hélène Thomas
p. 230-231
Référence(s) :

David-Jonathan BENRUBI, La fête s’affiche dans les rues cambrésiennes du XIXe siècle, iconographie, Guillemette Lagarde ; conception graphique, Béatrice Duprez, Cambrai, Médiathèque d’agglomération de Cambrai, 2013, 117 p. ISBN : 978-2-9536238-3-3. 15 euros.

Texte intégral

1Voici le catalogue d’une exposition qui s’est tenue à Cambrai durant le dernier trimestre 2012 et issue d’une collaboration entre la Médiathèque de l’agglomération de Cambrai et le Service historique de la Ville. Ces deux institutions sont particulièrement actives afin de conserver et valoriser le patrimoine écrit, graphique et documentaire de la commune : c’est ainsi qu’elles ont initié un travail inédit et minutieux de recherche, de restauration et d’étude d’affiches du XIXe siècle conservées dans les archives municipales ou auprès de collectionneurs privés.

2Dans une brève introduction, les auteurs appuient sur deux souhaits qui leur tiennent à cœur : appeler à étudier davantage les affiches typographiques, et sensibiliser à ce patrimoine éphémère (leur temps d’affichage étant limité à quelques jours ou quelques semaines chacune), alors même qu’elles continuent d’occuper les murs de nos villes et villages et constituent toujours un média clef des occasions festives.

3Leur démarche s’articule autour de deux fils conducteurs parallèles. Le premier, la source choisie : les affiches typographiques de 1820 à 1890, très peu exploitées par les historiens dont les auteurs désirent mettre en lumière la richesse. Le second, le thème sélectionné, « la fête », dans une définition volontairement large qui correspond à un parti pris : celui d’un accès du plus grand nombre au contenu de l’exposition. Cet ouvrage s’intéresse à tous les types de fête, politiques, religieuses, associatives, culturelles, dans une perspective de vulgarisation. C’est d’autant plus réussi que la démarche intègre une bibliographie sérieuse et variée qui touche à tous les thèmes abordés et recourt abondamment aux illustrations. Néanmoins, on peut regretter l’absence d’une problématique bien identifiée et d’une réflexion d’ensemble sur l’unité des fêtes évoquées, au-delà du vocable commun qui les désigne.

4La première partie du livret présente une étude détaillée de la source elle-même, en la replaçant dans le contexte local de l’histoire de l’imprimerie, des caractères employés et des pratiques d’affichage tout en en présentant une grande partie, en grand ou petit format.

5On entre ensuite dans le cœur du sujet, les fêtes cambrésiennes au XIXe siècle. Selon l’abondance des sources disponibles, trois célébrations ont été privilégiées : le 15 août, la fête de Notre-Dame-de-Grâce – le temps fort de la fête catholique militante dans la région –, et la fête de souveraineté, entendue ici au sens large, celui de fête en l’honneur du pouvoir en place. Enfin, quelques lignes sont réservées à des fêtes qui annoncent le glissement de la cérémonie officielle publique au divertissement privé : spectacles vivants, cirques, théâtre, opérettes, etc. Chacune de ces célébrations est l’occasion pour les auteurs de replacer ces fêtes dans leur contexte et d’évoquer l’histoire sociale, politique et culturelle de Cambrai : pratiques festives, organisation, budget, public, rôles sociaux au cours de la fête, musique, couleurs, etc. Néanmoins, malgré la richesse des informations apportées, leur originalité et la lecture facile et plaisante de l’ouvrage, nous pouvons penser qu’un plan chronologique aurait permis de mettre en valeur les évolutions qui ont marqué ces cérémonies et notamment les grandes transformations subies par les fêtes religieuses et politiques au cours du siècle qui ont progressivement laissé place à des divertissements festifs de teinte plus neutre, reflet des mutations culturelles majeures du siècle.

6Une courte troisième partie, intitulée « La fête au XIXe siècle » propose une synthèse de divers travaux d’historiens, locaux et relativement anciens (Chrétien Dehaisnes, Achille Durieux), ou plus contemporains (Stéphane Gerson ou Rémi Dalisson) afin de revenir sur la fonction de la fête, son coût et certains éléments d’organisation en les soumettant au contexte cambrésien. Une sous-partie se détache réellement, « Une autre pratique de l’espace urbain », qui initie et invite à prolonger la réflexion sur la géographie de la fête à Cambrai au XIXe siècle et ses évolutions ; la démonstration étant accompagnée de plans « travaillés » de la ville.

7Un beau catalogue d’exposition, richement illustré et agréable à lire, qui peut constituer un bon point de départ, tant dans la démarche et les aspects évoqués que dans la bibliographie consultée, pour tous ceux que l’histoire des célébrations à l’époque contemporaine intéresse ou qui se lanceraient à leur tour dans une étude sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Thomas, « David-Jonathan BENRUBI, La fête s’affiche dans les rues cambrésiennes du XIXe siècle, iconographie, Guillemette Lagarde ; conception graphique, Béatrice Duprez », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 230-231.

Référence électronique

Hélène Thomas, « David-Jonathan BENRUBI, La fête s’affiche dans les rues cambrésiennes du XIXe siècle, iconographie, Guillemette Lagarde ; conception graphique, Béatrice Duprez », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4789

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page