Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Claude ALBERT, Pierre BUGNET, David HAMELIN et Patrick MORTAL, La manufacture d’armes de Châtellerault. Une histoire sociale (1819-1968)

La Crèche, Geste éditions, 2013, 424 p. ISBN : 978-2-36746-102-1. 25 euros.
Jean-François Brun
p. 228-230
Référence(s) :

Marie-Claude ALBERT, Pierre BUGNET, David HAMELIN et Patrick MORTAL, La manufacture d’armes de Châtellerault. Une histoire sociale (1819-1968), La Crèche, Geste éditions, 2013, 424 p. ISBN : 978-2-36746-102-1. 25 euros.

Texte intégral

1L’originalité de cet ouvrage réside d’abord dans son caractère véritablement collectif. Les quatre chercheurs qui l’ont rédigé ne se sont pas contentés de placer leurs contributions les unes à la suite des autres. Ils ont, au contraire, pris la peine de les écrire en mettant en commun leurs sensibilités, leurs connaissances et leurs approches de la question. On aboutit dès lors à une synthèse particulièrement riche et nuancée.

  • 1 Pour une vue d’ensemble, cf. Patrick Mortal, Les armuriers de l’État : du Grand siècle à la globali (...)

2L’autre caractère remarquable réside dans le sujet. On aborde ici l’histoire des « manuchards », ou en d’autres termes des ouvriers d’État des manufactures d’armes, à travers l’exemple de Châtellerault, durant les 150 années de son existence, de 1819 à 19681. Ce livre constitue ainsi le second panneau d’un diptyque historique. En 1987, en effet, Claude Lombart avait décrit le même établissement, pour la même période, sous l’angle technique (La manufacture nationale d’armes de Châtellerault 1819-1968. Histoire d’une usine et inventaire descriptif de ses cent cinquante années de fabrication). L’identité partielle des titres révèle la volonté de complémentarité et légitime pleinement le choix des auteurs de mettre en avant l’histoire sociale.

  • 2 Cf. aussi à ce sujet : Bernard Bacher, Jean-François Brun et Éric Perrin, La manufacture d’armes de (...)

3Cette approche sur la longue durée s’avère d’autant plus intéressante que l’on est confronté au passage à la révolution industrielle et à la mécanisation, au XIXe siècle2, puis à l’extension des droits sociaux, en particulier au XXe siècle, dans des sociétés européennes fortement militarisées. À travers l’étude des travailleurs de Châtellerault se dessine le panorama de l’évolution industrielle. La fabrication manuelle des armes est remplacée par la construction mécanique, la force hydraulique par la vapeur, avant que ne se généralise la commande électrique des machines durant la Première Guerre mondiale. Mais on voit également les impératifs de l’économie de marché, qui finissent par s’imposer dans ce secteur d’activité très particulier. À cet égard, la fermeture de Châtellerault précède simplement de quelques années celle d’usines similaires, jusqu’alors régies par une logique essentiellement régalienne. L’objet principal de l’ouvrage demeure néanmoins clairement l’histoire des hommes qui travaillent à la manufacture et la font vivre.

4Dès sa création, en 1819, l’établissement adopte un statut social très en avance sur son temps. Les « ouvriers immatriculés » (qui constituent les deux tiers des effectifs employés, voire parfois plus) bénéficient d’une retraite après 30 ans de service ou en cas d’accident ou d’infirmité contraignante. Parallèlement existe déjà une caisse maladie. La mécanisation suscite une transformation radicale du profil professionnel. Puis les ouvriers deviennent une catégorie sociale et syndicale clairement identifiée à partir de 1902, avec la création de l’Union fédérative des travailleurs de l’État. Dans le même temps, les mutations affectent également la direction de la manufacture. Placée d’abord sous le régime de l’entreprise et le contrôle technique d’officiers d’artillerie, elle passe, à la fin du XIXe siècle, comme les autres usines de ce type, aux mains des ingénieurs de l’armement.

5L’ouvrage offre ainsi le mérite de dépasser l’aspect institutionnel pour retracer, à travers le prisme de Châtellerault, les grandes inflexions du XXe siècle : l’effort de guerre en 14-18 avec le recours aux affectés spéciaux et l’appel à la main d’œuvre étrangère (chinoise en l’occurrence) et surtout l’arrivée des femmes dans le monde du travail. Ce sont également les luttes syndicales (qui ne se limitent pas au Front Populaire), les choix de l’Occupation, entre collaboration et résistance puis, après la Libération, l’effort de reconstruction nationale. Le tableau s’achève par les actions menées contre la fermeture, dans une société de consommation en pleine expansion.

6Mais ce livre est également soucieux de replacer la manufacture dans son contexte local. On touche du doigt l’interaction qui lie l’établissement et la ville. On prend conscience du tissu relationnel et familial qui existe entre les ouvriers et les habitants de la région. La présentation de l’école de formation professionnelle, en révélant un aspect inattendu de l’usine, permet de saisir plus complètement les éléments de cohésion qui caractérisent le milieu des « manuchards ».

7Se fondant sur des archives nombreuses et, pour les périodes les plus récentes, sur des témoignages oraux, cet ouvrage apparaît comme un travail historique solide. L’iconographie, riche et judicieusement choisie, dépasse la simple illustration pour appuyer le propos des auteurs et leur analyse. Bien écrit, scrupuleusement documenté, ce livre comble une lacune dans l’approche d’un milieu particulier, celui des travailleurs de l’armement et mérite, à ce titre, d’avoir sa place dans toute biographie spécialisée.

Haut de page

Notes

1 Pour une vue d’ensemble, cf. Patrick Mortal, Les armuriers de l’État : du Grand siècle à la globalisation, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

2 Cf. aussi à ce sujet : Bernard Bacher, Jean-François Brun et Éric Perrin, La manufacture d’armes de Saint-Étienne : la révolution des machines, 1850-1870, Saint-Étienne et Clermont-Ferrand, Musée d’art et d’industrie, 2007 (N.D.L.R.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Brun, « Marie-Claude ALBERT, Pierre BUGNET, David HAMELIN et Patrick MORTAL, La manufacture d’armes de Châtellerault. Une histoire sociale (1819-1968) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 228-230.

Référence électronique

Jean-François Brun, « Marie-Claude ALBERT, Pierre BUGNET, David HAMELIN et Patrick MORTAL, La manufacture d’armes de Châtellerault. Une histoire sociale (1819-1968) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/4784

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page