Navigation – Plan du site
Lectures

Robert FOX, The Savant and the State. Science and Cultural Politics in Nineteenth Century France

Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2012, 394 pages. ISBN : 978-1-4214-0522-3. 60 dollars.
Julien Vincent
p. 217-218
Référence(s) :

Robert FOX, The Savant and the State. Science and Cultural Politics in Nineteenth Century France, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2012, 394 pages. ISBN : 978-1-4214-0522-3. 60 dollars.

Texte intégral

1Depuis les années 1970 le Britannique Robert Fox, connu pour ses travaux sur la physique, a beaucoup contribué, avec d’autres historiens anglophones, à renouveler la compréhension des savants et institutions scientifiques français au XIXe siècle. La publication par cet auteur d’un ouvrage de synthèse sur le sujet est donc fort bienvenue. Robert Fox a choisi, comme fil directeur de son récit, de montrer l’emprise croissante de l’État sur les institutions savantes. Il suit pour cela une chronologie politique sans surprise qui couvre successivement, de 1814 à 1914, les monarchies censitaires (chapitre 1), le Second Empire (chapitre 3) et la République (chapitre 6). On y suit l’évolution des alliances et compromis entre les savants et le régime en place, et la façon dont la rhétorique de « l’intérêt national » et de l’utilité inscrit une forme de continuité en dépit des changements politiques. L’auteur détaille les principales réformes menées par les ministres successifs en insistant sur la naissance d’une bureaucracy of learning (p. 112). Trois chapitres thématiques permettent de déplacer le regard vers la société de l’époque. Robert Fox reprend d’abord un travail ancien sur les savants de province et leur mouvement en faveur de la décentralisation (chapitre 2). Il y reconstitue le monde des académies provinciales du début du siècle, dont l’érudit normand Arcisse de Caumont fut l’une des grandes figures, et interprète l’action du ministère de l’Instruction publique à partir de 1832 comme une réaction centralisatrice. Un deuxième chapitre de synthèse porte sur les rapports entre sciences, religion et philosophie (chapitre 4). Il ne s’agit pas d’une histoire des doctrines, mais plutôt d’une étude des grandes controverses publiques sur le statut des sciences, qui retrace la naissance d’une culture laïque à partir des années 1860. Un dernier chapitre porte sur la vulgarisation scientifique (chapitre 5). À travers une étude des périodiques, de la trajectoire de grands vulgarisateurs comme Camille Flammarion ou Louis Figuier, et des conférences publiques, l’auteur retrace l’élargissement du public des sciences dans la deuxième moitié du siècle. Il livre dans cet ouvrage une synthèse dense et érudite, la seule actuellement disponible sur les sciences en France au XIXe siècle. C’est dire l’importance de ce livre, dans lequel on trouvera réunis des outils de travail indispensables pour enseigner le sujet ou pour démarrer une recherche.

  • 1 Christophe Bonneuil, « Le Muséum national d’histoire naturelle et l’expansion coloniale de la Trois (...)

2Les choix méthodologiques et partis pris de l’auteur impliquent toutefois certaines omissions. Tout d’abord le choix, assumé dès l’introduction, de privilégier les sciences physiques aux dépens de la médecine et des sciences de l’homme, limite sensiblement l’analyse qui est proposée des rapports entre les sciences et l’État. Il est paradoxal d’exclure entièrement l’hygiène publique, alors qu’elle touche à des questions environnementales qui impliquent directement l’expertise des chimistes. De même, omettre les sciences sociales et la statistique, contraint la réflexion sur la constitution d’une « science d’État ». En alignant son récit sur la chronologie politique, et en racontant la façon dont l’État contribua à créer une culture scientifique nationale, Robert Fox tend également à minorer les phénomènes de domination introduits par ou autour des savoirs scientifiques. Certains questionnements, présents dans l’historiographie depuis plusieurs années ou décennies, sont ainsi relégués à une place marginale. Tel est le cas de la place des femmes et de la masculinisation des sciences, de la diversité des cultures techniques et savantes minoritaires, notamment en milieu populaire. Le point de vue institutionnel choisi par l’auteur lui interdit également de décrire précisément les pratiques scientifiques : les institutions et les carrières sont privilégiées sur la construction conflictuelle des savoirs et leurs usages. Enfin l’empire colonial, aujourd’hui central dans la relecture de l’histoire des disciplines savantes, y compris dans leur rapport aux institutions étatiques, est hors champ1. L’ouvrage de Robert Fox, précieuse synthèse dont on souhaite la traduction en français, invite à une discussion sur la façon d’écrire l’histoire des sciences en France au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Christophe Bonneuil, « Le Muséum national d’histoire naturelle et l’expansion coloniale de la Troisième République (1870-1914) », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 86, n° 322, 1999, p. 143-169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vincent, « Robert FOX, The Savant and the State. Science and Cultural Politics in Nineteenth Century France », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 217-218.

Référence électronique

Julien Vincent, « Robert FOX, The Savant and the State. Science and Cultural Politics in Nineteenth Century France », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4764

Haut de page

Auteur

Julien Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page