Navigation – Plan du site
Varias

Fraternités libérales et insurrections nationales : Naples et l’Espagne, 1820-1821

Liberal brotherhood and national insurrections: Naples and Spain, 1820-1821
Liberale Bruderschaften und nationale Erhebungen: Neapel und Spanien, 1820-1821
Pierre-Marie Delpu
p. 195-213

Résumés

L’article s’intéresse à la mise en place de la révolution libérale de 1820 à Naples et interroge les mécanismes d’imitation et d’appropriation de la constitution de Cadix de 1812, choisie par des militaires en insurrection attentifs au modèle révolutionnaire contemporain fourni par l’Espagne. En prenant essentiellement appui sur les écrits politiques produits par les libéraux napolitains et les sources policières bourboniennes, on se propose de montrer la construction d’un consensus autour du texte de Cadix dans le royaume des Deux-Siciles. Les sympathies hispanophiles qui se développent à Naples, nourries par des circulations d’hommes et d’idées, donnent lieu à une ample littérature de justification attentive aux relations de fraternité entre les deux révolutions, s’attachant à expliquer un phénomène d’imitation alors jugé illégitime par les observateurs contemporains. Dans les premiers jours de la révolution, plusieurs catégories d’acteurs à influence locale (militaires, notables, prêtres) se chargent d’imposer le modèle espagnol aux provinces. Mais le consensus connaît rapidement ses limites, le débat public napolitain portant sur l’adaptation du texte de Cadix et sa confrontation à d’autres constitutions contemporaines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’Espagne à Naples, du malgoverno au modèle politique
Imiter la révolution d’Espagne : opportunisme politique et fraternités révolutionnaires
Passeurs et circuits de la politisation : militaires, notables et prêtres
Les freins à l’imitation
D’autres modèles

Aperçu du début du texte

Le 2 juillet 1820, quelques militaires politisés se soulèvent dans la garnison de Nola, en périphérie de Naples, pour réclamer l’adoption de la constitution des Cortès de Cadix de 1812 par le roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles. Trois mois après, l’un de leurs chefs, le général Guglielmo Pepe, l’un des principaux vétérans napolitains de la Grande Armée, déclare au jeune Parlement napolitain vouloir faire du royaume « une seconde île de León », suggérant que la révolution, encore à l’œuvre, vise à convertir le royaume méridional à la modernité politique incarnée par la révolution d’Espagne. En faisant référence au lieu symbolique où ont débuté les deux soulèvements gaditains de 1812 et de 1820, il revendique les parentés entre les insurrections d’Espagne et de Naples, faisant de la première un « archétype révolutionnaire » qui aurait dicté le déroulement de la seconde. Si les libéraux napolitains empruntent en effet aux révolutionnaires espagnols leur constitution, ils puisent égaleme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Delpu, « Fraternités libérales et insurrections nationales : Naples et l’Espagne, 1820-1821 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 195-213.

Référence électronique

Pierre-Marie Delpu, « Fraternités libérales et insurrections nationales : Naples et l’Espagne, 1820-1821 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/4762 ; DOI : 10.4000/rh19.4762

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Delpu

Pierre-Marie Delpu est agrégé d’histoire et doctorant contractuel à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page