Navigation – Plan du site
Varias

L’Archéologie linguistique du pouvoir et du peuple chez Augustin Thierry

A linguistic archeology of power and the people by Augustin Thierry
Linguistische Archäologie der Macht und des Volkes bei Augustin Thierry
Aurélien Aramini
p. 179-193

Résumés

Dans une perspective philosophique, historique et politique, Augustin Thierry pose les fondements d’une archéologie linguistique du pouvoir en cherchant dans l’épaisseur des langues l’origine étrangère de la royauté mérovingienne et les traces des peuples conquis. L’étude philologique du nom de « Clovis » et de la signification originelle du titre de « roi » chez les Francs permet à Augustin Thierry de renouveler le schème historiographique de la « conquête ». Or, si la véritable histoire de France commence, à l’aube du Moyen Âge, avec la dépossession des nations indigènes civilisées par un pouvoir étranger nomade, les voix des vaincus, toujours perceptibles dans les dialectes et patois provinciaux, révèlent l’identité plurielle du peuple français et, plus encore, donnent sens à ses revendications révolutionnaires d’une actualité brûlante en pleine Restauration.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’essence du pouvoir de l’Ancien Régime révélée par les noms et par les mots
L’étranger
Le roi nomade et barbare
La recherche du peuple dans les dialectes et les patois provinciaux
Les voix des vaincus
La Révolution, le peuple et les langues
Histoire nationale contre histoire nationalitaire : l’exemple de l’historiographie du Midi

Aperçu du début du texte

Le peuple français ne dispose pas encore d’un récit historique dont il pourrait tirer « une leçon » susceptible de le guider « dans son rôle politique imminent » : tel est le problème indissolublement épistémologique et politique qui s’impose à Augustin Thierry lorsqu’il collabore au Censeur Européen entre 1817 et 1820. L’historiographie de la France est alors dominée par l’ouvrage De la Monarchie française, « somme ultra-réactionnaire » que le Comte de Montlosier publie en 1814 et qui ramène « au centre du débat public la vieille thématique des invasions et des conquêtes ». Tandis que la Restauration se radicalise contre les Libéraux, Augustin Thierry inaugure la « révolution historique des années 1820 » dans une perspective scientifique et politique ; bientôt, Guizot prononcera ses cours sur les origines du gouvernement représentatif et Barante commencera son Histoire des ducs de Bourgogne.

Publiées à partir du 13 juillet 1820 dans le Courrier Français, les Lettres sur l’histoire d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Aramini, « L’Archéologie linguistique du pouvoir et du peuple chez Augustin Thierry », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 179-193.

Référence électronique

Aurélien Aramini, « L’Archéologie linguistique du pouvoir et du peuple chez Augustin Thierry », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4760 ; DOI : 10.4000/rh19.4760

Haut de page

Auteur

Aurélien Aramini

Aurélien Aramini est docteur en philosophie de l’Université de Franche-Comté et chercheur associé au laboratoire Logiques de l’Agir, EA 2274.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page