Navigation – Plan du site
Articles

1814-1815 : construction dramatique des événements et modes théâtraux de symbolisation du présent

1814-5: the dramatic construction of events and the theatrical ways of symbolizing the present
Dramatische Konstruktion von Ereignissen und die Darstellung symbolischer Gegenwart im Theater (1814-15)
Olivier Bara
p. 109-122

Résumés

Les pièces de circonstance accompagnent, dans les théâtres parisiens comme en province, les deux restaurations de 1814 et 1815. Œuvres éphémères, créées dans l’urgence des bouleversements politiques, elles sont tributaires d’une temporalité déréglée. Elles tentent pourtant d’imposer l’image d’une chaîne des temps renouée ; par leur langage dramatique propre, elles opèrent symboliquement une spectaculaire sortie hors de l’histoire. Nées d’une période de crises violentes, elles font aussi miroiter l’image de la concorde civile et de l’unanimité des opinions. Pourtant, le procès en « girouettisme » imposé aux auteurs thuriféraires des nouveaux régimes brise cette illusion et témoigne de la constitution d’un nouvel esprit public, libre et critique. De telles œuvres théâtrales éclairent ainsi l’historien sur la concomitance de modes divergents d’appropriation du présent, en deçà des discours officiels et des émotions de commande.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Discontinuité politique, continuité dramatique ?
Première Restauration
Cent-Jours
Seconde Restauration
Les auteurs : des « girouettes » ?
Présence efficace et continuité rêvée
Le présent fait spectacle
Lieux communs : retours et ressassements

Aperçu du début du texte

Les événements sont si variés, si importants, si solennels, la nation tout entière donne maintenant un spectacle si intéressant à l’univers, qu’il ne m’est guère possible de suivre d’ailleurs avec bien de l’exactitude les nouveautés qui se succèdent tous les jours sur nos théâtres. Il se passe sur le Grand Théâtre du Monde des nouveautés trop dignes de l’attention publique pour lui permettre de se laisser distraire par l’analyse d’un vaudeville. Et celles-là, quelle plume pourra jamais les décrire !

Dans le contexte d’accélération du temps et de diffraction des temporalités propre aux années 1814-1815, une rupture semble s’instaurer entre scène du monde et scènes de théâtre. Ces dernières peineraient à saisir dans le miroir dramatique les facettes changeantes d’une actualité éclatée, plus digne d’attention et d’intérêt que des spectacles dramatiques rendus soudain dérisoires. Pourtant, 1814-1815 ne produit pas que des vaudevilles divertissants, détachés de toute actualité, dénués de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bara, « 1814-1815 : construction dramatique des événements et modes théâtraux de symbolisation du présent », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 109-122.

Référence électronique

Olivier Bara, « 1814-1815 : construction dramatique des événements et modes théâtraux de symbolisation du présent », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/4750 ; DOI : 10.4000/rh19.4750

Haut de page

Auteur

Olivier Bara

Olivier Bara est professeur à l’Université Lyon 2, membre du LIRE (UMR 5611)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page