Navigation – Plan du site
Articles

Les sorties de la « Terreur blanche » dans le Midi

The end of the White Terror in Southern France
Das Ende des Weißen Terrors in Südfrankreich
Pierre Triomphe
p. 51-63

Résumés

Les répercussions des changements de régime que connaît la France en 1815 ont été particulièrement vives dans le Midi, où le conflit entre la légitimité impériale et royale se complique encore par l’apparition à l’échelle régionale, à deux reprises, d’un gouvernement royal autonome, présidé par le duc d’Angoulême. L’ensemble de l’organisation sociale se fragmente, aussi bien pour des raisons politiques que sociales, alors que se déclenche une guerre civile prolongée par les violences des royalistes contre les patriotes connues sous le nom de Terreur blanche. Dans ce contexte, l’avenir perd sa lisibilité. Cette crise de la représentation du temps incite les acteurs à privilégier l’action à court terme. Le rétablissement à l’ordre passe ainsi par un retour à une lisibilité du continuum temporel, qui permet aux acteurs d’orienter leurs actions. Il se traduit par un compromis tacite passé entre l’État, les élites et les classes populaires royalistes, au détriment de patriotes qui n’obtiennent guère que l’arrêt des violences.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Acteurs
Les acteurs politiques : royalistes et patriotes
Élites et classes populaires
L’État
Arrêter la violence : le compromis entre l’État et les classes populaires
Le compromis entre l’État et les élites royalistes

Aperçu du début du texte

Dans le Midi, la Terreur blanche est le dernier acte d’une guerre civile, latente ou ouverte, entamée dès le printemps, lors du retour de l’île d’Elbe. La région a en effet tenté de résister au rétablissement de l’Empire. Des milliers de volontaires royaux ou miquelets ont pris les armes et mené une courte campagne, sous l’autorité du duc d’Angoulême, avant de devoir capituler au début du mois d’avril. La situation reste tendue tout au long des Cent-Jours, avant qu’une nouvelle explosion royaliste n’éclate à la nouvelle de la défaite de Waterloo. La seconde Restauration s’opère à la suite de nombreux affrontements armés, et marque le début d’une période de chaos. Tout au long de cette période, les violences individuelles ou collectives contre les biens et les personnes, les assassinats, les batailles rangées même se succèdent. Des explications politiques sont avancées pour justifier ces comportements, même si les motivations privées, appât du lucre ou désirs de vengeance, jouent un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Triomphe, « Les sorties de la « Terreur blanche » dans le Midi », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 51-63.

Référence électronique

Pierre Triomphe, « Les sorties de la « Terreur blanche » dans le Midi », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4745 ; DOI : 10.4000/rh19.4745

Haut de page

Auteur

Pierre Triomphe

Pierre Triomphe est docteur en histoire, membre de l’ANR ICEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page