Navigation – Plan du site
Articles

La Terreur blanche n’aura pas lieu : les départements de l’Ouest en 1814-1815

The White Terror will not take place: the Western départements in 1814-1815
Es wird keinen Weißen Terror geben: Die départements in Westfrankreich 1814 und 1815
Aurélien Lignereux
p. 37-49

Résumés

La cause est entendue : l’Ouest n’a pas connu de Terreur blanche en 1815. Nul massacre commis par une foule vengeresse, nul assassinat exécuté par des bandes de partisans n’y ont en tout cas marqué les esprits, à la différence du Midi. Le constat n’est pas faux. Il se borne cependant à ce qui est advenu, au détriment non seulement de ce qui aurait pu être mais encore de ce à quoi les contemporains s’attendaient et se préparaient. Or c’est seulement parce que le pire était à l’horizon que la peur et des efforts réciproques l’ont en définitive écarté. Toujours invoquée, la lassitude d’une contrée dévastée vingt ans auparavant, périodiquement troublée et constamment surveillée, n’est qu’un facteur parmi d’autres expliquant le calme précaire et paradoxal des départements de l’Ouest en 1815. À rebours des évidences rétrospectives, cet article entend ainsi faire émerger les dynamiques pacificatrices en terre de guerre civile.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De ce qui aurait dû arriver à ce qui a eu lieu
La rumeur et la peur comme ressorts événementiels de l’année 1814
Faire la guerre civile en s’interdisant la réactivation des déchirements passés
Un été 1815 moins chaud que prévu
De ce qui n’a pas eu lieu à ce qui a été entrepris
L’éteignoir des passions et des procédures
Se satisfaire de l’entre-soi vendéen

Aperçu du début du texte

Opposer la discipline collective de la société vendéenne, ses vertus chrétiennes et l’autorité de ses chefs au bouillonnement impétueux des passions méridionales est un lieu commun des ethnotypes politiques. Il trouve dans l’évocation comparée de l’été 1815 son point d’orgue en même temps peut-être que sa raison d’être. Avant d’être repris par l’historiographie, ce contraste a été étayé par des témoins oculaires, à l’instar de Dubois-Aymé. Fort de son expérience de directeur des Douanes à Nantes en mai 1815 puis à Marseille par suite de sa mutation en septembre 1816, ce patriote dauphinois joue de l’opposition entre une héroïque Vendée, affrontant ses ennemis bannières déployées, et une Provence souillée par des crimes sordides. La déconstruction de ce discours n’est plus à faire, au moins pour le Midi, car le déficit historiographique pour l’Ouest d’après 1800 fait tourner court le parallèle. En général, l’angle adopté délaisse le moment 1815 en lui-même pour rendre compte de l’abs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Lignereux, « La Terreur blanche n’aura pas lieu : les départements de l’Ouest en 1814-1815 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 37-49.

Référence électronique

Aurélien Lignereux, « La Terreur blanche n’aura pas lieu : les départements de l’Ouest en 1814-1815 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4744 ; DOI : 10.4000/rh19.4744

Haut de page

Auteur

Aurélien Lignereux

Aurélien Lignereux est maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, membre de l’UMR 5190 LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page