Navigation – Plan du site
Articles

Rumeurs et expériences collectives de la discontinuité temporelle (1814-1815)

Rumors and collective experiences of discontinuity (1814-1815)
Gerüchte und kollektive Erfahrungen zeitlicher Diskontinuität (1814-1815)
François Ploux
p. 21-35

Résumés

La circulation des rumeurs fut l’un des principaux symptômes de l’état de fermentation que connut la France au début des deux restaurations et durant les Cent-Jours. En 1814 et 1815, un sentiment général d’instabilité politique a favorisé la prolifération des fausses nouvelles dans l’espace public. Les Français vivaient dans l’incertitude du lendemain. Et les rumeurs, lorsqu’elles suggéraient l’imminence d’une grave perturbation politique, contribuaient à entretenir ce climat d’expectative. Certaines rumeurs annonçaient sans détour un événement sur le point d’advenir. Les plus nombreuses concernaient le retour de Napoléon. On s’attachera, dans cet article, à interroger le type de rapport au temps que révèle cette gigantesque fausse nouvelle aux allures de prophétie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Quand règne l’incertitude
L’instabilité du présent
La manipulation
Une défiance généralisée
La colère et la peur
Les avatars d’une prophétie
Une attente collective
Les formes de la croyance

Aperçu du début du texte

La prolifération des « fausses nouvelles » dans l’espace public fut l’un des plus curieux symptômes de l’état de fermentation politique que connut la France entre le rétablissement des Bourbons en avril 1814 et la dissolution de la Chambre introuvable le 5 septembre 1816. Deux années durant, les canaux habituels de diffusion de l’information furent saturés de rumeurs. À Paris, les propos les plus extravagants circulaient dans les cafés, dans les casernes, dans les salons, en place de Grève, quai de Gesvres, sur les boulevards, etc. Autrement dit partout où s’échangeaient les nouvelles du jour dans l’ordinaire des conversations. Mais aucun département, aucune localité ne semblent avoir été épargnés. Les voyageurs, les marchands ambulants et les soldats démobilisés se chargeaient de propager ces bruits à chaque étape de leur itinéraire. C’est pourquoi les recueils de bulletins de police ou de rapports préfectoraux du début du règne de Louis XVIII ressemblent à des catalogues de bruits...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ploux, « Rumeurs et expériences collectives de la discontinuité temporelle (1814-1815) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 21-35.

Référence électronique

François Ploux, « Rumeurs et expériences collectives de la discontinuité temporelle (1814-1815) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4742 ; DOI : 10.4000/rh19.4742

Haut de page

Auteur

François Ploux

François Ploux est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bretagne-Sud (Cerhio, UMR 6258).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page