Navigation – Plan du site

Introduction : le désordre du temps

Emmanuel Fureix et Judith Lyon-Caen
p. 7-17

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Les commémorations sont rarement propices aux bouleversements historiographiques. Totalement éclipsé par l’éclatant centenaire de la Grande Guerre, le bicentenaire des tumultueuses années 1814-1815 n’a guère provoqué de vagues, encore moins de controverses intellectuelles. On relève quelques commémorations ponctuelles, pour l’essentiel sous un angle napoléonien, et de rares colloques en France, des manifestations plus vivantes ailleurs en Europe, notamment en Allemagne et en Suisse, où l’effondrement napoléonien coïncide avec une renaissance nationale. Cette atonie française en dit assez long sur l’état d’une mémoire atrophiée ou antiquaire, mais aussi d’une historiographie très inégalement renouvelée.

Rappelons tout de même, de manière plus positive, quelques fronts pionniers ouverts depuis une trentaine d’années à propos de l’histoire des Restaurations. Le regain d’intérêt pour le libéralisme, dans les années 1980, permit de lire la Restauration comme un moment d’apprentissage (cer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Fureix et Judith Lyon-Caen, « Introduction : le désordre du temps », Revue d'histoire du XIXe siècle, 49 | 2014, 7-17.

Référence électronique

Emmanuel Fureix et Judith Lyon-Caen, « Introduction : le désordre du temps », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4740 ; DOI : 10.4000/rh19.4740

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Fureix

Emmanuel Fureix est maître de conférences à l’Université Paris-Est Créteil, membre de l’Institut universitaire de France.

Articles du même auteur

Judith Lyon-Caen

Judith Lyon-Caen est maîtresse de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page