Navigation – Plan du site
Lectures

Anne CAROL et Isabelle RENAUDET [dir.], La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art

Corps & âmes, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, 312 p. ISBN : 978-2-85399-904-5. 29 euros.
Stéphanie Sauget
p. 218-219
Référence(s) :

Anne CAROL et Isabelle RENAUDET [dir.], La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art, Corps & âmes, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, 312 p. ISBN : 978-2-85399-904-5. 29 euros.

Texte intégral

  • 1 CoRPS : Le Corps mort : recherches sur l’histoire des pratiques et du statut du cadavre dans l’Euro (...)

1Ce livre, le premier résultat obtenu par le groupe de recherche CoRPS1 dirigé par Anne Carol et Isabelle Renaudet, réussit le défi d’être un bel ouvrage illustré de reproductions nombreuses, variées et en couleur, et une contribution érudite passionnante.

2Il se présente en trois parties de cinq contributions chacune, encadrées par une belle préface et une postface. Il est l’œuvre collective d’historiens, d’historiens de l’art, d’anthropologues, de littéraires, de sociologues et d’artistes contemporains. Il examine, avec une minutie dans le détail concret, le cadavre dans sa crudité en essayant de répondre à trois questions : à quelles conditions et selon quelles normes esthétiques, à un moment donné, le cadavre peut-il devenir un objet d’art ? Quelles sont dans ce cas ses fonctions dans le dispositif artistique ? Et enfin, quelles relations le cadavre entretient-il avec l’art funéraire ? Il s’agit donc d’éclairer les relations entre art et cadavre, en se démarquant des travaux nombreux sur la place de la mort dans les arts plastiques. Pour ce faire, l’ouvrage explore des motifs et des formes d’art moins étudiés ou plus délaissés et ouvre le dialogue interdisciplinaire au service d’un beau projet d’histoire sensible du cadavre entre le XVIIe et le XXIe siècle. L’hypothèse centrale du livre est que le cadavre n’a pu devenir un objet d’art qu’à partir du moment où il est devenu rare, proprement invisible et dès lors d’une singularité remarquable. Le XIXe siècle serait le moment clé à la fois de l’invisibilité du cadavre et du retour en force de son image ou de son simulacre sous des formes soit transgressives, soit plus académiques (en lien avec le nouveau culte des morts bien mis au jour par Philippe Ariès depuis les années 1970), soit plus « techniques ». La démonstration est parfaitement tenue et les communications, pourtant fortement hétérogènes, arrivent à entrer en résonance.

3La première partie du livre examine quelques modes de représentation modernes et contemporains pour mettre au jour les normes esthétiques et sociales des systèmes d’appréciation du cadavre. L’approche est celle de l’anthropologie historique et sensorielle. Les enjeux sont clairement explicités en début de section par une courte présentation : le cadavre est d’emblée défini comme laid pour des raisons anthropologiques, mais d’une laideur représentable à condition que la représentation entre dans un système d’intelligibilité morale qui lui donne sens et légitimité. Il s’agit de respecter (jusqu’à une date récente) un certain nombre de codes de représentation qui permettent l’euphémisation et/ou la transcendance et de se tenir dans les limites du tolérable et de l’acceptable tant au niveau anthropologique que social. Il y est évidemment question des seuils troubles de la nécrophilie. Ainsi, on peut peindre un « beau » cadavre en respectant quelques règles académiques concernant le dessin, le modelé, la palette de couleurs (Magali Théron). On peut trouver « beau » le cadavre d’un petit garçon noyé pourtant froidement exposé derrière une vitrine à la Morgue de Paris en passant par l’imaginaire shakespearien de la morte Ophélie (Bruno Bertherat). On peut exhiber des cadavres comme des œuvres d’art à partir du moment où le cadavre s’inscrit dans la longue tradition occidentale de l’exposition publique du savoir et des préparations anatomiques (Rafael Mandressi). Plus étonnant, on peut manger du cadavre, y compris faisandé, à condition de respecter des normes culturelles et sociales qu’on peut très grossièrement appeler gastronomie (Anne Carol). Bref, on peut voir, toucher, manger, respirer du cadavre à condition d’oublier qu’il s’agit d’un cadavre et de déplacer les codes pour voir et percevoir.

4La deuxième partie passe en revue quelques fonctions du cadavre. Aux usages anciens (principalement religieux et savants) qui avaient en commun d’exhiber la matérialité du cadavre pour mieux s’en affranchir et accéder à des vérités cachées (les secrets de la mort ou du vivant), ce livre montre que la particularité de l’époque contemporaine est d’être hantée par la matière cadavérique. Les images de cadavre pullulent et provoquent, que ce soit dans la peinture du début du XIXe siècle (Régis Bertrand), dans l’opéra romantique et ses prolongements tardifs (Martine Lapied), dans la littérature victorienne et française, qui regorgent désormais de descriptions de cadavres en putréfaction, de scènes de corps enterrés vivants (Laurence Talairach-Vielmas), voire de scènes d’exhumation (Anne Carol). L’art très contemporain, étudié par Sylvia Girel, pousse encore plus loin la transgression en exposant de vrais cadavres comme s’il s’agissait d’œuvres d’art dans des expositions très controversées qui créent le scandale et suscitent des procès.

5La dernière partie, la plus abondamment illustrée, explore enfin les liens entre cadavres et art funéraire conçu comme art se déployant autour des lieux de sépulture. Cet art est en forte progression quantitative à l’époque contemporaine, en lien avec la mise en place au XIXe siècle d’un culte des morts. La partie est surtout très riche d’études sur les photographies post-mortem que l’ouvrage contribue à enrichir : à la connaissance des fonds états-uniens et européens du Nord-Ouest dont la richesse est rappelée (Joëlle Bolloch), s’ajoutent de nouvelles études sur le phénomène en Europe du Sud avec l’exemple des Asturies au XXe siècle (Isabelle Renaudet) et de l’Italie des XIXe et XXe siècles (Gian Marco Vidor).

6L’ensemble de ces études à la fois précises et éclatées enrichit la connaissance et donne envie de découvrir la suite.

Haut de page

Notes

1 CoRPS : Le Corps mort : recherches sur l’histoire des pratiques et du statut du cadavre dans l’Europe méridionale XVIIIe-milieu XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Sauget, « Anne CAROL et Isabelle RENAUDET [dir.], La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 218-219.

Référence électronique

Stéphanie Sauget, « Anne CAROL et Isabelle RENAUDET [dir.], La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rh19.revues.org/4721

Haut de page

Auteur

Stéphanie Sauget

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page