Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel BARIC, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel

Paris, Armand Colin, 2013, 404 p. ISBN : 978-2-200-27726-0. 32 euros.
Philippe Gelez
p. 214-216
Référence(s) :

Daniel BARIC, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel, Paris, Armand Colin, 2013, 404 p. ISBN : 978-2-200-27726-0. 32 euros.

Texte intégral

1Daniel Baric donne ici à lire sa thèse de doctorat, soutenue en 2004. C’est un travail d’érudition qui se place dans une certaine tradition en langue française en ce qui concerne l’Europe centrale, mais trouve peu d’équivalents quand il s’agit de l’histoire des Balkans. Les sources sont exploitées de première main et souvent inexplorées jusqu’ici.

2Non seulement on ne trouve pratiquement rien sur la question dans l’Hexagone, mais chez les historiens croates ou s’intéressant à la Croatie, les racines germaniques de la culture croate ne sont pas mises en avant, même si elles ne sont ni tues, ni cachées (cf. Ivan Pederin, Arnold Suppan et Josef Matl, largement utilisés). Daniel Baric explicite mieux que quiconque cette absence curieuse dans la mens croatica : la référence germanique. Il va sans dire que le traumatisme post-hitlérien et la tabula rasa communiste – dans leurs manifestations yougoslaves – ont forcé l’oubli du thème, dans la même mesure que la réhabilitation de la période 1941-1945 opérée par Franjo Tuđman a contribué à sa résurgence et, subséquemment, à l’apparition de ce livre. Par sa parfaite maîtrise de l’allemand, l’auteur occupe une position idéale pour analyser la présence de cette langue au XIXe siècle sur le territoire de la Croatie actuelle. L’exposé se fait en quatre parties : « I. Vivre en allemand en Croatie durant la première moitié du XIXe siècle : écouter, parler, lire » ; « II. L’apprentissage de l’allemand, entre modèle social, contrainte scolaire et liberté » ; « III. La langue allemande comme moyen et enjeu : paix politique, salut des âmes et formation des soldats » ; et « IV. Écrire en allemand, “aux confins de la littérature allemande”. Un autre paysage littéraire ? »

  • 1 À noter que Morgane Labbé n’est pas citée dans la thèse, mais elle n’avait pas encore publié sur ce (...)

3Daniel Baric problématise d’abord les statistiques concernant la situation linguistique dans l’actuelle Croatie au début du XIXe siècle, en en soulignant les enjeux politiques1 ; leur évolution montre que la langue devient « facteur explicatif de la société » (p. 49), et cela dans les trois régions qui fusionneront plus tard sous le nom de Croatie : la Croatie civile, les Confins militaires et la Dalmatie, où histoire, traditions et pratiques linguistiques diffèrent assez largement. Dans la pratique, l’environnement sonore est multilingue (allemand, croate, italien, latin surtout), en ville mais aussi à la campagne, tandis que l’écrit est nettement dominé par l’allemand, soit que l’État l’impose, soit que le goût et l’ambition des élites y souscrive. Les mécanismes d’assimilation linguistique de l’allemand se déclinent selon la diversité géographique et administrative : émulation sociale en Croatie civile, scolarité dans les Confins militaires. Des trajectoires individuelles illustrent les tableaux généraux, en même temps que sont données des clés pour jauger de leur exemplarité. La Dalmatie demeure le parent pauvre des Croates germanophones, malgré les efforts fournis pour organiser un enseignement de l’allemand digne de ce nom.

4Du point de vue de l’autorité séculière, la référence reste l’allemand quoiqu’une politique plus libérale s’instaure progressivement vers la fin de cette première moitié de XIXe siècle, mettant en place la recevabilité administrative des langues vernaculaires. Par contrecoup, l’allemand occupe une place privilégiée au sein de la hiérarchie catholique, au moins parmi le haut clergé en liens étroits avec le pouvoir ; on retrouve à peu près la même situation pour les orthodoxes, même s’il existe ici une « dualité profonde face à la culture occidentale transmise par les livres allemands » (p. 232). C’est aussi la langue par excellence de l’armée et donc de la formation des soldats.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage s’ouvre sur une interrogation : y a-t-il une culture germanique spécifique en Croatie ? À travers la notion de paysage, Daniel Baric veut découvrir des traits culturels originaux nés de l’« interaction avec le milieu culturel croate » (p. 279) ; mais il s’attarde surtout sur la réception et l’appropriation de la culture germanophone, d’une part, et d’autre part sur le thème croate chez les écrivains autrichiens, plus que sur la maigre production en allemand issue des territoires croates. Implicitement, la réponse à la question est donc négative.

6On retire du livre, entre autres, l’idée que la germanisation était synonyme aux yeux des Croates de modernisation et d’européanisation. Il s’ensuit que le nationalisme croate, qui a arcbouté ses premiers efforts contre cette germanisation, interprétait la modernité comme une aliénation tout en s’en réclamant. Le paradoxe est fondateur.

7Puisqu’il faut bien ouvrir une discussion malgré l’exhaustivité et la solidité de ce travail, je regretterai quelques flous. Le premier concerne la notion de milieu culturel, un mot souvent utilisé dans le livre. À aucun moment on ne sait quelle est la spécificité de la culture croate (en partie niée p. 295) face à cette culture germanophone qui s’enracine dans le paysage. On ne nous dit rien de la situation linguistique avant la première moitié du XIXe siècle. L’exemple de Caroline Jarnević (p. 278-288) vient ajouter à la confusion : la « conversion » de cette jeune femme à l’illyrisme est rien moins que spontanée (p. 283), et semblerait prouver qu’il n’existe pas en réalité de milieu culturel croate avant les années 1840, qui voient triompher le volontarisme de Gaj et Drašković. Elle ne sait par exemple pas quelle est sa langue maternelle, de l’allemand ou du croate (p. 286). Le second flou est un oubli : on attendait quelques penseurs incontournables sur l’articulation entre langue et identité, notamment Herder. Certes, l’approche se veut concrète : les rapports entre langue et identité nationale sont envisagés à partir de Gellner, Anderson et Hobsbawm afin de donner un cadre aux faits. Il n’a donc pas semblé utile de mentionner la configuration théorique de l’époque, dont le substrat herderien affleure pourtant dans certains textes juridiques (p. 218). Il aurait au moins fallu mentionner que Herder fut le maître à penser de Jan Kollár, et que sa philosophie explique les positions à première vue paradoxales de Julius Fras – promoteur de l’allemand en Croatie et simultanément partisan du développement d’une culture croatophone (p. 285). Son influence ne s’est pas exercée sur la pratique de l’allemand en Croatie, mais sur le positionnement des illyriens croates face à l’allemand – en particulier Ludwig Gay/Ljudevit Gaj.

8Je terminerai en saluant l’effort fourni par Daniel Baric, avec succès, pour exhumer ce Lazare de la Croatie : l’identité germanique. Il est à souhaiter que son entreprise trouve des émules pour d’autres régions sud-slaves (je pense au turc ottoman en Bosnie-Herzégovine ou en Serbie du Sud) ou d’autres langues (le latin en Croatie).

Haut de page

Notes

1 À noter que Morgane Labbé n’est pas citée dans la thèse, mais elle n’avait pas encore publié sur ce sujet en 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gelez, « Daniel BARIC, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 214-216.

Référence électronique

Philippe Gelez, « Daniel BARIC, Langue allemande, identité croate. Au fondement d’un particularisme culturel », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4716

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page