Navigation – Plan du site
Lectures

Anne DEFFARGES, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne

Paris, L’Harmattan, 2013, 262 p. ISBN : 978-2-343-01761-7. 25 euros.
Mareike König
p. 212-214
Référence(s) :

Anne DEFFARGES, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne, Paris, L’Harmattan, 2013, 262 p. ISBN : 978-2-343-01761-7. 25 euros.

Texte intégral

  • 1 Thomas Welskopp, Das Banner der Brüderlichkeit : die deutsche Sozialdemokratie vom Vormärz bis zum (...)
  • 2 Toni Offermann, Die erste deutsche Arbeiterpartei : Materialien zur Organisation, Verbreitung und S (...)
  • 3 Stephan Resch, Das Sozialistengesetz in Bayern : 1878-1890, Düsseldorf, Droste, 2012.

1L’histoire sociale des organisations et des associations ouvrières au XIXe siècle est depuis plusieurs décennies délaissée et a cédé la place à une quantité d’histoires particulières, enrichies par un renouvellement des approches, notamment par l’histoire culturelle et par l’histoire globale et transnationale. S’y ajoute pour l’Allemagne, pays profondément marqué par le fédéralisme, une multitude d’études sur le socialisme et le mouvement ouvrier au niveau régional ou local. Ainsi, Thomas Welskopp a livré en 2000 une magistrale analyse socio-structurelle de l’histoire dynamique des débuts de la social-démocratie, du Vormärz jusqu’à son interdiction par Bismarck en 18781. À signaler également l’étude de Toni Offermann en 2002 sur l’organisation et la structure sociale de l’ADAV, le premier parti socialiste en Allemagne fondé en 18632, ou encore l’étude récente de Stephan Resch sur la SPD en Bavière pendant les lois d’exception3. La synthèse d’Anne Deffarges sur la genèse du mouvement socialiste pendant les années Bismarck – entre 1860 et 1890 – développe un point de vue classique sur les débuts de la social-démocratie allemande, à distance de ces renouvellements historiographiques. Le livre s’appuie principalement sur les sources publiées et les autobiographies de principaux leaders de la SPD et du mouvement ouvrier. L’auteure propose de « revenir aux sources, aux conceptions des dirigeants » (p. 12) et de « citer les témoignages de contemporains », pour ainsi contrebalancer une historiographie qui aurait tendance à trop négliger l’ampleur et la portée de la répression de la SPD sous Bismarck. On regrette que la thèse de l’auteure – largement partagée par ailleurs –, selon laquelle l’activité culturelle de la social-démocratie ne permet pas de « relativiser son rôle ou son rayonnement politiques » (p. 12), ne soit pas davantage développée dans le livre. Cela aurait permis de quitter le cadre descriptif et d’éviter les répétitions, notamment dans les trois premiers chapitres.

2L’ouvrage est divisé en quatre parties. Les deux premiers chapitres suivent l’ordre chronologique depuis la fondation de deux partis socialistes allemands en 1863 et en 1869 jusqu’à leur unification en 1875. Anne Deffarges rappelle le comportement des sociaux-démocrates pendant la guerre franco-allemande de 1870-71 : le refus de voter les crédits de guerre, les protestations contre l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine ainsi que les déclarations de solidarité avec la Commune ont valu des procès pour « haute trahison » et « lèse-majesté » à plusieurs dirigeants, dont August Bebel et Wilhelm Liebknecht. Malgré l’interdiction du parti et de ses organisations par les lois d’exception en vigueur entre 1878 et 1890, la social-démocratie a connu un essor formidable. Pour contourner les mesures répressives, les socialistes allemands ont mis en place un réseau d’associations culturelles et sportives, des coopératives, des caisses d’entraide et de secours, des clubs, des théâtres, des bibliothèques, etc. Le troisième chapitre est consacré aux associations culturelles, qui constituent la base de l’organisation du parti et des syndicats après la levée de l’interdiction en 1890. L’adhésion à une association était souvent le premier pas dans le parti et – parallèlement – dans l’organisation syndicale. La social-démocratie allemande est ainsi devenue le « premier parti ouvrier socialiste de masse au monde » (p. 73). Le quatrième chapitre forme la partie la plus originale du livre : l’auteure s’intéresse aux intellectuels dans la social-démocratie et étudie notamment leur rapport avec les naturalistes à travers la colonie d’artistes de Friedrichshagen, dans une analyse qui s’étend souvent après 1890, au-delà de la période bismarckienne mentionnée dans le titre du livre.

  • 4 Joseph Rovan, Histoire de la social-démocratie allemande, Paris, Le Seuil, 1978.
  • 5 Jacques-Pierre Gougeon, La social-démocratie allemande, 1830-1996. De la révolution au réformisme, (...)

3L’ouvrage, centré sur l’organisation du parti et sur ses principaux dirigeants, combine de façon équilibrée histoire des idées et histoire événementielle. Cette troisième synthèse en français, après les analyses « classiques » de Joseph Rovan4 en 1978 et de Jacques-Pierre Gougeon5 en 1996, permet de faire découvrir au public non germanophone l’histoire de la social-démocratie allemande, notamment à travers maintes citations traduites pour la première fois.

Haut de page

Notes

1 Thomas Welskopp, Das Banner der Brüderlichkeit : die deutsche Sozialdemokratie vom Vormärz bis zum Sozialistengesetz, Bonn, Dietz, 2000.

2 Toni Offermann, Die erste deutsche Arbeiterpartei : Materialien zur Organisation, Verbreitung und Sozialstruktur von ADAV und LADAV 1863-1871, Bonn, Dietz, 2002.

3 Stephan Resch, Das Sozialistengesetz in Bayern : 1878-1890, Düsseldorf, Droste, 2012.

4 Joseph Rovan, Histoire de la social-démocratie allemande, Paris, Le Seuil, 1978.

5 Jacques-Pierre Gougeon, La social-démocratie allemande, 1830-1996. De la révolution au réformisme, Paris, Aubier, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mareike König, « Anne DEFFARGES, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 212-214.

Référence électronique

Mareike König, « Anne DEFFARGES, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4714

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page