Navigation – Plan du site
Documents

Le bruit du dessin. À l’écoute de la fabrique, entre production et conservation

Design’s noise. Listening to the factory, between production and conservation
Das Geräusch der Zeichnung. Ein Hörbild der Fabrik, zwischen Produktion und Aufbewahrung
Stéphane Lembré et Audrey Millet
p. 165-179

Résumés

Suivre l’histoire des dessins de fabrique implique d’en restituer le contexte de production et de conservation, ainsi que d’en comprendre la conception. Dans ce but, cet article propose deux approches complémentaires d’un même document, un dessin réalisé dans les années 1860 dans la cité textile de Calais, spécialisée depuis le début du XIXe siècle dans l’industrie du tulle. Réalisé au sein de l’entreprise Davenière, ce dessin a rejoint l’abondant fonds Davenière de la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais. La convergence et la spécificité des deux approches se concrétisent dans le questionnement, dans la méthode et dans les conclusions. En interrogeant la définition de l’objet d’étude, la nature et la portée du document sont remises en cause pour dépasser les évidences et la marginalité relative dans laquelle de tels dessins restent souvent confinés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les conditions de réalisation et de conservation d’un dessin de fabrique
Le chant du métier
Le dessin, le musée et l’entreprise
Un dessin calaisien ou les desseins de Calais
Le savoir-faire des dessinateurs
Les besoins de formation
Des institutions d’enseignement au service de la fabrique
L’esthétique scientifique
Frisson du papier et bruit du graphite : un dessin à plusieurs mains
De l’« adoptation » d’une dentelle : l’esthétique technique d’une esquisse

Aperçu du début du texte

Tracer, griffonner, gommer, crayonner, hachurer, rayer : les traces laissées par le dessinateur sont multiples. Difficiles à lire dans le cadre des arts appliqués, car éminemment techniques, certains documents sont pourtant particulièrement prolixes pour qui entreprend de les écouter avec attention : tel est le cas des dessins, esquisses et brouillons de l’entreprise Davenière, conservés à la Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais, complexe muséal ouvert depuis 2009 et où le chercheur peut entendre les démonstrations des tullistes tout en découvrant un précieux fonds documentaire. Pour éviter le vertige face à ce fonds riche de 15 000 esquisses de différentes provenances et de 947 registres d’échantillons de l’entreprise, l’analyse précise d’un dessin mérite de précéder toute étude sérielle. Plutôt que d’en considérer un cas parfaitement représentatif, le dessin retenu, réalisé au sein de l’entreprise dans les années 1860, doit être envisagé comme un cas « except...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lembré et Audrey Millet, « Le bruit du dessin. À l’écoute de la fabrique, entre production et conservation », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 165-179.

Référence électronique

Stéphane Lembré et Audrey Millet, « Le bruit du dessin. À l’écoute de la fabrique, entre production et conservation », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4669 ; DOI : 10.4000/rh19.4669

Haut de page

Auteurs

Stéphane Lembré

Stéphane Lembré est maître de conférences à l’ESPE Lille Nord de France (CREHS)

Articles du même auteur

Audrey Millet

Audrey Millet est doctorante à l’Université de Paris 8 (IDHE) et à celle de Neuchâtel (Institut d’Histoire)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page