Navigation – Plan du site

Droit et histoire de la littérature : la construction de la notion d’auteur

Law and the History of Literature: the Construction of the “Author”
Recht und Geschichte der Literatur : Die Konstruktion des Begriffs „Autor“
Gisèle Sapiro
p. 107-122

Résumés

Dans le sillage des travaux sur la notion d’auctorialité (authorship), cet article aborde le rôle que joue le droit dans la construction de l’auctorialité et de la responsabilité sociale de l’écrivain, ainsi que dans la professionnalisation du métier. Il vise ainsi à renouveler la réflexion sur l’apport du droit à l’histoire de la littérature, à partir d’une approche de sociologie historique qui articule la problématique foucaldienne sur la « fonction-auteur » à la théorie des champs de Pierre Bourdieu et à la sociologie des professions. La notion moderne d’auteur se définit en effet, juridiquement, d’un côté à travers sa responsabilité pénale, fixée par la législation sur la presse qui pose des limites à la liberté d’expression, de l’autre à travers son droit à tirer un revenu de son travail. Ce double cadre législatif détermine les conditions d’exercice du métier d’écrivain, qui connaît un développement professionnel au XIXe siècle. Les débats qu’il suscite dans la sphère publique, à l’Assemblée, au prétoire, sont révélateurs des différentes conceptions des pouvoirs de la littérature et du rôle social de l’écrivain. Ce double cadre contraint les écrivains à s’organiser et à élaborer des principes et des règles de déontologie qui, s’ils ne font pas consensus, contribuent au processus d’autonomisation du champ littéraire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La responsabilité auctoriale : une liberté sous conditions
Le droit d’auteur : entre propriété, service et travail

Aperçu du début du texte

Négligée jusque-là par l’histoire littéraire, l’étude des rapports entre droit et littérature a connu un fort développement dans les deux dernières décennies. On peut répartir grossièrement ces travaux en deux ensembles selon l’angle et l’objet privilégié. D’un côté les représentations littéraires du droit, qui décloisonnent l’histoire du droit en analysant les formes de problématisation, de mise à distance, de critique ou de confirmation dont il fait l’objet dans les œuvres. De l’autre, les travaux sur les conditions juridiques de la publication qui, suivant l’analyse de Michel Foucault sur l’importance du droit dans la genèse de la fonction-auteur, étudient tantôt la notion d’« authorship » ou d’auctorialité telle qu’elle apparaît dans la législation sur le droit d’auteur, tantôt les procès littéraires, qui ont de longue date intéressé aussi bien les juristes que les historiens de la littérature. C’est à partir de cette seconde perspective qu’on tentera ici, dans le sillage de l’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gisèle Sapiro, « Droit et histoire de la littérature : la construction de la notion d’auteur », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 107-122.

Référence électronique

Gisèle Sapiro, « Droit et histoire de la littérature : la construction de la notion d’auteur », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4660 ; DOI : 10.4000/rh19.4660

Haut de page

Auteur

Gisèle Sapiro

Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS (CESSP) et directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page