Navigation – Plan du site

Le « pluralisme juridique ». Au fil d’un conflit de succession en Méditerranée à la fin du XIXe siècle

A concept seen through an inheritance conflict in late nineteenth-century central Mediterranean
Der „Rechtspluralismus“. Ein Nachfolgekonflikt im Mittelmeerraum am Ende des 19. Jahrhunderts
M’hamed Oualdi
p. 93-106

Résumés

En 1887, six ans après la colonisation de la Tunisie par la France, disparaissait à Florence un esclave affranchi, ancien ministre de la province ottomane de Tunis. Examinant les multiples conflits qui ont surgi autour de la succession de ce dignitaire, cette étude explore les apports et les limites du concept de « pluralisme juridique ». Les situations de coexistence entre au moins deux systèmes légaux révèlent des dynamiques complexes : à la fois, une formulation privilégiée des conflits par le droit, dans des moments d’intégration financière poussée avec l’Europe et de flottement des appartenances juridiques ; mais aussi une redéfinition plus générale des sphères juridiques, notamment une essentialisation d’un champ normatif musulman. Ce concept pose aussi la question de la prise en compte des normes extra-judiciaires (service de l’État, engagements financiers), des liens entre sphères normatives et de nos manières d’appréhender les archives judiciaires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article doit beaucoup aux conseils et relectures de Franck-Alexandre Lecomte et Guillaume Calafat, qu’ils en soient ici remerciés.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Intensification des conflits et catégorisation d’un « droit musulman »
Ce qu’acteurs et institutions font d’une situation de pluralisme
Les différents registres de normativité

Aperçu du début du texte

La succession du général Husayn, parce qu’elle met en jeu des systèmes juridiques concurrents aux ramifications complexes, permet d’aborder un cas de pluralisme juridique spécifique aux situations de transition coloniale. L’origine de l’affaire tient au statut de Husayn : affranchi d’origine circassienne, éduqué et promu auprès des gouverneurs de la province ottomane de Tunis jusqu’à se voir confier la présidence de la municipalité de la capitale en 1860, puis la charge de ministre de l’éducation au cours des années 1870. Sitôt prévenu du décès du général, le 27 juin 1887, le consul ottoman à Florence, Musurus Ghikis, fit apposer des scellés dans la villa et l’appartement occupés par le défunt dans la capitale toscane. Première autorité informée du trépas du dignitaire « tunisien », le consul qui considérait le défunt avant tout comme un sujet ottoman avait devancé toute action du représentant français alors que depuis l’instauration du protectorat français sur la Tunisie en 1881, l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M’hamed Oualdi, « Le « pluralisme juridique ». Au fil d’un conflit de succession en Méditerranée à la fin du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 48 | 2014, 93-106.

Référence électronique

M’hamed Oualdi, « Le « pluralisme juridique ». Au fil d’un conflit de succession en Méditerranée à la fin du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/4659 ; DOI : 10.4000/rh19.4659

Haut de page

Auteur

M’hamed Oualdi

M’hamed Oualdi est Assistant professor à l’Université de Princeton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page