Navigation – Plan du site

Le mot du président

Jean-Luc Mayaud
p. 5-6

Le présent numéro double (26-27) de la Revue d'histoire du XIXe siècle rassemble les publications du millésime 2003. Réclamée par plusieurs de nos lecteurs, la nouvelle maquette de notre périodique nous a été gracieusement proposée par Sophie Pierret, professeur d'arts appliqués : nous remercions vivement notre collègue pour ce travail dont nous ne doutons pas qu'il contribuera à rendre notre revue visuellement plus attractive.

Cet imposant numéro a été coordonné et préparé par Nathalie Bayon et Fabrice Bensimon, assistés de la plupart des membres de l'équipe éditoriale (secrétariat et comité de rédaction) : à tous, et particulièrement aux coordonnateurs, nous tenons à exprimer notre gratitude pour l'ampleur et la qualité de la tâche accomplie gratuitement, pour l'abnégation qu'elle implique et pour la volonté militante qu'elle révèle. Au risque de nous répéter, précisons que ces responsabilités sont assumées bénévolement : aujourd'hui plus que jamais, nous ne pouvons que nous féliciter du fait que la " Société de 1848 " génère de telles formes d'engagement désintéressé.

Certes, cette livraison paraît avec quelques mois de retard. Problèmes techniques et indisponibilité de quelques membres du comité ont contraint à tester de nouvelles méthodes de travail pour la relecture des textes acceptés par la rédaction et les responsables du volume : ces dysfonctionnements attestent notre fragilité, et nous réfléchissons aux moyens de renforcer l'équipe. Signalons également qu'une partie de nos forces a été consacrée à la préparation de la publication des actes du colloque organisé par notre Société en décembre 2001 à Lyon, à l'occasion du cent-cinquantenaire des résistances au coup d'État de 1851. Édité par nos amis de la maison Créaphis, l'ouvrage doit paraître à la veille de l'été 2004.

L'année 2004 sera celle du centenaire de notre association. Une journée sera consacrée à l'histoire et aux mutations de la " Société de 1848 " ainsi qu'à une discussion sur ses pratiques scientifiques et éditoriales. Après en avoir débattu à plusieurs reprises, le conseil d'administration a décidé de proposer un premier échange avec chacun des adhérents lors de notre prochaine assemblée générale. Celle-ci sera la dernière que j'aurai à présider. En effet, après m'avoir confié les tâches de trésorier (1994-1996), le conseil d'administration du 30 mars 1996 m'avait élu à la présidence de notre société. Bien que nos statuts ne fixent aucune limite à la durée des mandats, il n'est pas envisageable que cette charge déjà longue de huit années se prolonge encore, au risque de glisser vers une présidence à vie... Quarante-huitard et démocrate, chargé de nouvelles et lourdes tâches au sein de l'université à laquelle j'appartiens, mais aussi soucieux de ne pas me dérober face à d'autres nécessités, j'ai prévenu il y a quelques semaines chacun des membres du conseil d'administration de mon désir d'être prochainement relevé de mes fonctions. Statutairement, la prochaine assemblée générale renouvellera donc une partie des membres du conseil d'administration ; celui-ci se réunira ensuite dans les délais les plus brefs afin de pourvoir le siège présidentiel. Je voudrais terminer cet ultime " mot du président " en remerciant vivement tous ceux qui, au sein de notre équipe, ont contribué à rendre scientifiquement fécondes et humainement chaleureuses ces huit années écoulées.

Jean-Luc Mayaud.